dimanche 4 décembre 2011

4 Déc

Muerte de Sonia Pierre ocurre en medio de feroz campaña en su contra

El deceso ocurrio este domingo en la comunidad de Villa Altagracia.

Santo Domingo, Domingo, 4 de diciembre 2011.-La repentina muerte de Sonia Pierre ocurre en un momento en que en su contra se había desatado un asedio por su firme defensa de los derechos de quienes como ella eran dominicanos de origen haitiano y por su denuncia a los maltratos de inmigrantes de Haití que realizan labores en Republica Dominicana.

Por eso, la muerte de un infarto este domingo de la luchadora por los derechos civiles estará revestida de suspicacia, pues a su persecución se habían sumado organismos del Estado que consideraban que sus denuncias eran un atentado a la soberanía dominicana.

Su muerte ocurrió en el Hospital de Seguro Social de Villa Altagracia, donde de acuerdo al medido Mario José Castillo Rondón, se procedió al inyectarle adrenalina para tratar de que reaccionara del infarto. El galeno dijo que la muerte se debió a un cuadro clínico de hipertensa y dijo que Pierre tenía un marcapaso.

Sus restos son velados en la funeraria Apolipsis, donde llegaron decenas de haitianos, e hijos de haitianos as mayoría de los cuales lloran la partida de la activista. El cadáver ya fue sacado del hospital para ser llevado al instituto de Patología Forenses.

Su batalla más reciente tiene que ver con la decisión de la Junta Central Electoral (JCE) de despojar a decenas de dominicos haitianos de su cédula de identidad, caso que llevo a organismos internacionales.

Por esa decisión, fue objeto de fueres críticas de parte del Gobierno dominicano, y el odio en su contra se desato incluso a través de los medios de comunicación.

“Sonia Pierre ha sido blanco de críticas del Gobierno de su país, hostigamiento de empresarios y amenazas de muerte, desde que fue arrestada a sus trece años por ser la portavoz de una protesta de cortadores de caña de azúcar en el pueblo de Altagracia, al sureste de la República Dominicana, donde nació en 1963.”

El pasado año, Pierre fue reconocida por los Estados Unidos con el Premio Internacional al Coraje de la Mujer. A Pierre se le practicó una cirugía cardíaca en enero del 2007, luego de una revisión médica fortuita en la oficina del senador Ted Kennedy en el Capitolio.

La afección cardiaca de Sonia Pierre fue descubierta en noviembre cuando estaba en la capital de Estados Unidos para recibir el Premio Robert F. Kennedy de Derechos Humanos en reconocimiento a sus esfuerzos por suprimir la discriminación contra los descendientes de haitianos en República Dominicana.

Mientras visitaba la oficina de Kennedy, Pierre aceptó que fuera auscultada por el médico John C. Baldwin, un cardiólogo y miembro de la junta directiva de la organización Robert F. Kennedy Memorial que entrega el galardón anual con su permiso, y decidí que necesitaba atención inmediata.

Sonia Pierre nació en 1963, en el Batey Lechería, del municipio Villa Altagracia, República Dominicana. Sus padres, Doña María Carmen Pierre, y André Cofidan (fallecido en 1963), fueron llevados desde su Haití natal, hacia territorio dominicano a finales de los años 50, para ser incorporados como trabajadores de los ingenios azucareros; específicamente, en el corte de la caña. Cuando Sonia nació, su padre falleció víctima de una fiebre alta, mientras se dirigía hacia el hospital en donde esta había venido al mundo.

Por: José Tejada Gómez
 
 
 

Dernière journée du Président Martelly à Caracas (discours)

04/12/2011 09:19:38

Haïti - Politique : Dernière journée du Président Martelly à Caracas (discours)  
Samedi, lors de la deuxième séance plénière qui clôturait le premier Sommet des Chefs d’États et de Gouvernements des Pays de l’Amérique Latine et de la Caraïbe (CELAC), à Caracas au Venezuela, le Président Hugo Chavez a déclaré « J’aime le peuple haïtien, autant que j’aime le peuple vénézuélien » soulignant que la région a une énorme dette envers Haïti qui a fait la première révolution sur le continent, les Haïtiens qui ont vaincu quatre empires et contribués par leurs efforts à l’indépendance en Amérique latine. Le Président Chavez a de plus promis de renforcer le Programme Petro Caribe.

De son côté, Roberto Henriquez Martinelli, le Ministre panaméen des Affaires étrangères, a offert une assistance technique pour la construction d’un nouveau port à conteneurs au Port-au-Prince.

Le Président Michel Martelly, dans son discours, prononcé samedi, s’est montré reconnaissant envers le Président Hugo Chavez pour l’aide apportée à Haïti, mentionnant particulièrement l’accord Petro Caribe. Il a aussi remercié les pays amis pour le vote de la résolution pour la reconstruction d’Haïti et souligné l’engagement de son équipe à appliquer la bonne gouvernance et rappelé une fois de plus, qu’Haïti est ouvert aux investisseurs étrangers.

Extraits du discours du Président Martelly :
[…] d’abord, Monsieur le Président, le peuple haïtien me prie de vous saluer et vous souhaite un prompt rétablissement. Comme l’on dit mes prédécesseurs, on vous connait comme un combattant et nous sommes certain que vous allez encore une fois, gagner cette bataille et vous êtes dans nos prières. Je profite de l’occasion pour vous remercier pour l’appui que vous apportez à Haïti […] à travers le programme Petro Caribe qui nous permet d’adresser ceux qui sont dans la plus grande misère et puisque c’est mon combat, je vous dis merci de me donner cette opportunité. Je dis aussi merci au Président Raúl Castro, pour ses propos élogieux et sa détermination à la reconstruction d’Haïti.

Pour revenir au thème du jour, je dirais tout simplement, quoi de mieux que de s’unir pour combattre des maux qui nous sont communs, des maux tels que la faim, la misère, la pauvreté et promouvoir le droit à l’éducation, le droit à la santé. Je me demande même, si nous ne sommes pas en retard. Nos ancêtres se sont battus pour faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui, et quant ils devaient gagner, ils se sont mis ensemble, au point où l’on pourrait se demander si ce n’était pas une complicité, une complicité entre Dessalines, Pétion, Miranda, Bolivar, José Marti, une complicité qui nous a permit de gagner […]

Aujourd’hui,[…] c’est en nous mettant ensemble que nous pourrons gagner ces batailles […]

Aujourd’hui, Haïti vit des heures d’espoirs. Grâce au programme Petro Caribe, nous construisons des logements sociaux, près de 3,400. Nous avons aussi un programme, comme celui de « Bolsa Familia » que nous mettons sur pied. [Aba Grangou]

Haïti a décider de rompre avec son passé de mauvaise gouvernance et je commence déjà à prendre des mesures pour aider les plus vulnérables. Plus de 70% de la population vit seulement avec deux dollars par jour, et ceci doit changer, et pour le changer, mon gouvernement travaille jour et nuit pour soulager la misère et la pauvreté […]

Le programme d’assistance sociale dont je vous parle, s’appelle « Aba Grangou », que je pourrais traduire en espagnole par : No mas ambre, il existe grâce au fond Petro Caribe et nous allons apporter une assistance directe à 100,000 mères ayant leur enfants à l’école et vivant dans la misère.

Le séisme a détruit 4,268 écoles, dans ce domaine nous avons beaucoup à faire, mais déjà nous avons mit sur pied un programme pour les enfants de six à douze ans […] c’est la première fois dans l’histoire d’Haïti qu’un gouvernement met autant d’écoliers à l’école. Notre objectif est de mettre tous les enfants à l’école, le transport scolaire et aujourd’hui gratuit, grâce à une initiative du gouvernement […]

Mon gouvernement compte faire appel aux investisseurs du monde entier, en particulier les entrepreneurs des Caraïbes et de l’Amérique Latine pour investir en Haïti dans tous les domaines, entre autres : la pêche, l’agriculture, le tourisme, les infrastructures, l’énergie, afin de stimuler l’économie haïtienne pour une politique d’inclusion sociale, permettant à ceux qui sont dans la misère de trouver un emploi.

Ce regroupement [CELAC] donne de l’espoir; la solidarité, la fraternité, la sincérité, le respect sont les traits qui prédominent dans cette coopération Sud-Sud incluant les Caraïbes. À Cuba, j’ai retenu un commentaire qui m’a beaucoup frappé quand un haut gradé du gouvernement a dit : « nous ne donnons pas de ce que nous avons le plus, mais nous partageons ce que nous avons »

Aujourd’hui, Haïti a un certain retard, hier nous étions les leaders, nous avons changer le cours de l’humanité, mais qui sait où nous serons demain? C’est seulement à travers la solidarité, la fraternité que nous pourrons garantir nos lendemains […]

Presidente Hugo Chávez el pueblo haitiano te quiere con todo su corazón »

Lire aussi :

http://www.haitilibre.com/article-4390-haiti-politique-premiere-journee-du-president-martelly-a-caracas.html
http://www.haitilibre.com/article-4027-haiti-social-derniere-journee-de-travail-de-sophia-martelly-a-brasilia.html
http://www.haitilibre.com/article-4020-haiti-social-premiere-journee-de-travail-de-sophia-martelly-au-bresil.html
http://www.haitilibre.com/article-4015-haiti-social-la-premiere-dame-d-haiti-sophia-martelly-au-bresil.html
http://www.haitilibre.com/article-3923-haiti-social-retour-sur-les-activites-de-sophia-martelly-a-l-onu.html

HL/ HaïtiLibre

 
 

Hugo Chavez réitère son appui à la reconstruction d’Haïti et promet le renforcement du programme « Petro Caribe »

Engagement pris après l’allocution de son homologue haïtien, Michel Martelly, au sommet du CELAC

Publié le dimanche 4 décembre 2011

Le président vénézuélien Hugo Chavez a réitéré samedi son engagement à soutenir la reconstruction d’Haïti et de renforcer le programme « Petro Caribe » en application depuis la présidence de René Préval, à l’issue du sommet de la communauté des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Amérique latine et de la Caraïbe (CELAC).

Le chef de l’Etat vénézuélien réagissait au discours de son homologue haïtien Michel Joseph Martelly qui, devant l’assemblée du CELAC, s’est montré reconnaissant envers lui pour l’aide apportée à Haïti avant et après le tremblement de terre. Il a particulièrement mentionné l’accord « Petro Caribe ».

Un communiqué de la Présidence haïtienne précise que M. Martelly en a profité pour rappeler la contribution des haïtiens à l’indépendance des pays de l’Amérique latine. Il a de plus entretenu l’assemblée de ses programmes en matière d’éducation et d’assistance aux mères de famille nécessiteuses.

Soulignant l’engagement de l’actuel Exécutif haïtien en faveur de la bonne gouvernance, M. Martelly a repris le slogan qu’il avait lancé dès son investiture au sujet de l’ouverture du pays aux investissements étrangers directs.

Le président haïtien a enfin plaidé en faveur de l’intégration et de la solidarité de tous les membres du CELAC.

Le communiqué de la Présidence qui renseigne sur les déclarations faites à Caracas par le président Martelly ne précise pas s’il a formellement fait acte d’allégeance au CELAC, pour qu’Haïti devienne un membre à part entière de ladite entité. [jmd/Radio Kiskeya]

Haïti – Économie : Pas de rareté de dollars en Haïti, mais…

03/12/2011 14:24:54

Haïti - Économie : Pas de rareté de dollars en Haïti, mais...

De nombreux clients de banques venu chercher des espèces en dollars, se sont fait dire soit qu’il n’y en avait pas ou que c’était non disponible. Maxime Charles, le Président de l’Association des Professionnels de Banque (APB), explique la situation qui laisse croire qu’il y a une rareté de dollars dans le système bancaire haïtien.

«… nous savons que de nombreux clients de banques notamment, ont été aux guichets pour avoir des espèces en dollars et se sont fait dire soit, qu’il n’y en avait pas ou que c’était non disponible. De là, beaucoup de gens ont assimiler cette situation à un problème de disponibilité de dollars [en Haïti].

D’entrée de jeu, je dois vous dire qu’il n’y a aucun problème […] au sujet des devises, les réserves de change d’Haïti n’ont jamais été aussi bonnes, tenant compte des améliorations économiques qui ont eu lieu au cours des 2 dernières années. […] dans le moment en ce qui concerne les devises, le pays dispose de 1.2 milliard de dollars de réserve, ce qui est du jamais vu dans notre histoire.

Quand vous regardez les dépôt bancaires en devises américianes, elles ont été en augmentation constante […] au point que nous avoisinons maintenant les 2 milliards de dollars […] ce qui s’est passé, dans la foulée du séisme notamment, c’est que beaucoup d’aides sont arrivées en Haïti, sous forme de monnaie scripturale, de transfert de fonds notamment, de nombreuses missions diplomatiques ont reçue beaucoup plus de devises pour pouvoir aider aux efforts de redressement […] tout ceci a créé cette augmentation de devises dans le système bancaire. De même, nos compatriotes de la diaspora, ont également envoyé plus d’argent à leurs parents en Haïti à hauteur d’1.5 milliard de dollars […]

La situation, c’est que beaucoup de personnes voulaient récupérer ces valeurs qui entraient dans le système sous la forme de cash, des fois, certaines entreprises […] payaient même leurs factures en dollars. Au niveau des programmes Cash for Work certaines ONG voulaient avoir du cash pour payer directement les bénéficiaires […] tout ceci sans aucun besoin économique réel de l’utilisation du cash.

Or rappelez-vous ce que je viens de dire, ces dollars sont arrivés dans le pays sous forme de transfert ou sous forme de chèques, mais pas sous la forme de cash, donc par voie de conséquence, ces demandes de cash se sont mises à augmenter, mais notre institut d’émission haïtien, n’émet pas de cash dollars, mais de la gourde haïtienne […] pour répondre à la demande de cash dollars, les autorités monétaires haïtiennes ont due faire venir rentrer en moyenne 15 millions de dollars par mois sous forme de cash de leur correspondant bancaire étrangers. […] aujourd’hui, la situation c’est que nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de continuer à importer du cash en devises, alors que nous n’en générons presque pas, nous n’émettons pas nous même c’est billets internationaux, nous émettons des billets de banque qui sont la monnaie locale… »

En résumé, nous pouvons dire que le manque de confiance de la monnaie nationale [perte de valeur de la gourde] pousse les haïtiens, les commerçants et les entreprises à la dolarisation de leurs transactions et de leurs réserves propres, conséquences directes de la situation. Comme dans tous les pays ou la monnaie est volatile [risque de dévaluation], le dollars américain devient malheureusement la première valeur refuge mais également un des facteurs aggravant.

PI/ HaïtiLibre

 

Haïti – Sports : Avant la fin de l’été 2012, chaque département aura son centre sportif

03/12/2011 10:40:49

Haïti - Sports : Avant la fin de l’été 2012, chaque département aura son centre sportif

Au début de cette semaine, Olivier Martelly, Conseiller du Chef de l’État, en matière de jeunesse et de sports, a effectué une visite au parc Saint-Jean de Gressier où se poursuivent des travaux de réhabilitation. Des travaux aux normes internationales, réalisés par la firme Secosa au coût de 445,000 dollars américains. Ces installations sportives, entièrement électrifiées, seront dotées de toilettes, d’un terrain de football, d’un terrain de basket, de volley-ball, de tennis et de gradins pour plus de 2,000 spectateurs.

«…nous sommes en train de travailler pour doter le pays d’infrastructures sportives. D’ici l’été 2012, […] chaque département aura son centre sportif. Il sera doté d’un terrain de foot et d’un terrain de basket-ball », a déclaré Olivier Martelly qui a ajouté que les travaux pour Jérémie ont commencé mercredi 30 novembre et ceux de Thomonde et Verrettes seront mis en chantier dans les prochains jours.

Jean René Roosevelt, le Ministre de la Jeunesse et des Sports, qui accompagnait Olivier Martelly, a réitéré son engagement à aider la présidence à réaliser ses objectifs en mettant à la disposition de la jeunesse des infrastructures sportives.

BF/ HaïtiLibre

Haïti – Politique : Pierre Raymond Dumas nouveau Ministre de la Culture

03/12/2011 08:23:04

Haïti - Politique : Pierre Raymond Dumas nouveau Ministre de la Culture

Selon le Sénateur Joseph Lambert (INITE), Coordonnateur du Groupe Parlementaire pour le Renouveau (GPR) [majoritaire au Sénat], le journaliste Pierre Raymond Dumas, sera le prochain Ministre de la Culture et de la Communication, succédant à M. Choiseul Henriquez disparu récemment suite à la maladie.

Le Sénateur a déclaré vendredi, qu’après l’examen de plusieurs candidatures, le GRP a fait un choix consensuel et définitif qui a reçu l’accord du Chef de l’État par téléphone [de Caracas où le Président Martelly participait au 1er Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté des États Latino-Américains et Caraïbéens] « La décision est prise et elle est finale. La coordination et les parlementaires de INITE ont porté leur choix sur M. Pierre-Raymond Dumas. »

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4238-haiti-social-choiseul-henriquez-le-nouveau-ministre-de-la-culture-nous-a-quitte.html

HL/ HaïtiLibre

 

Haiti/Economie : La BEI entend contribuer à la reconstruction et au développement du pays par le truchement de la micro entreprise

vendredi 02 décembre 2011 à 21:10

images (74)

Par Succes Estinvil et Jean Thony Lorthe

La Banque Européenne d’Investissement dans les Caraïbes a  octroyé un prêt d’un montant de 8 millions de dollars à l’ACME et SOFIHDES. Ces entreprises œuvrant dans la microfinance ont reçu respectivement 3 et 5 millions de dollars américains. L’objectif est de soutenir la reconstruction et le développement du pays.

Cette ligne de crédit d’un montant de 8 millions d’Euros témoigne de la volonté de l’Union Européenne de soutenir la reconstruction et le développement du pays, a fait savoir le chef du Bureau régional de la banque Européenne d’investissement dans les caraïbes. Compte tenu du contexte post-séisme en Haïti, ce prêt a été attribué à des entreprises œuvrant dans la micro finance suivant des  conditions spéciales prédéfinies, a précisé Yves Ferreira.

L’ACME  bénéficie  d’un prêt de 3 millions d’euros pour une période de 7 ans.  Le directeur général de l’action pour la coopération avec la micro entreprise s’en réjouit, estimant qu’il va pouvoir  étendre le champ d’action de son entreprise.

La SOFIHDES obtient, elle,  un crédit de 5 millions d’euros. Le président du conseil d’administration  de cette institution qui octroie  des prêts dans l’agro-industrie, le tourisme, le commerce et la construction entre autres depuis environ 20 ans sur le marché haïtien se frotte les mains.

Les  prêts  ont été  accordés à un taux fixe à  ces entreprises. Par ce programme spécifique, la BEI entend contribuer à la croissance du secteur privé en Haïti par le biais des petites et moyennes entreprises

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :