mardi 13 décembre 2011

13 Déc

Investiture des ministres Brunache et Dumas et du secrétaire d’Etat Casimir

mardi 13 décembre 2011

image image image

P-au-P, 13 déc.2011 [AlterPresse] — Les nouveaux ministres de la justice, Michel Brunache, de la Culture et de la Communication, Pierre Raymond Dumas, ainsi que le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Pierre Richard Casimir, ont été installés officiellement dans leurs fonctions le lundi 12 décembre 2011, apprend Alterpresse.

Les installations des ministres ont été effectuées dans l’après-midi par le premier ministre Garry Conille alors que le secrétaire d’Etat a été introduit dans ses nouvelles fonctions par son ministre de tutelle, le chancelier Laurent Lamothe.

La décision de remaniement du cabinet ministériel de Garry Conille avait été prise à l’issue du conseil des ministres tenu le 7 décembre, avait affirmé Israël Jacky Cantave, du bureau de presse de la primature à AlterPresse

Michel Brunache, beau-fils et ancien chef de cabinet du président provisoire Boniface Alexandre (2004-2006) a été secrétaire d’Etat aux affaires étrangères du gouvernement de Conille.

Interpellé par le Senat de la République dans le cadre du dossier de l’arrestation du député en fonction Arnel Bélizaire, Brunache n’a finalement pas été inquiété par les sénateurs à la séance du 22 novembre dernier. Il succède à ce poste à Josué Pierre-Louis, ayant démissionné de ses fonctions, quelques heures avant l’interpellation.

Le porte-feuille ministériel de la justice et de la sécurité publique a été assuré jusque-là par le premier ministre Garry Conille lui-même.

Le nouveau titulaire du ministère de la culture et de la communication, l’écrivain et journaliste Pierre Raymond Dumas, remplace Choiseul Henriquez, mort avant son entrée en fonction.

Dumas, auteur de la chronique « Une transition qui n’en finit pas » dans les colonnes du Nouvelliste et publiée en deux tomes, a été proposé par la plate-forme INITE dont le Sénateur Joseph Lambert est le chef de file au sénat de la République.

Le journaliste-écrivain hérite d’un ministère sans loi organique et ne disposant que de moins de 1% du budget national.

Pierre Richard Casimir, ancien consul d’Haïti à Montréal, succède au secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache promu ministre de la Justice. [efd apr 13/12/2011 11 :00]

Haïti – Reconstruction :

Laurent Lamothe rencontre Oprah Gail Winfrey

12/12/2011 16:17:35

Haïti - Reconstruction : Laurent Lamothe rencontre Oprah Gail WinfreyDimanche soir, le Ministre des Affaires Étrangères Laurent Lamothe, accompagné du nouveau Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, M. Pierre Richard Casimir et de son chef de Cabinet, M. Ady Jean-Gardy, était présent au Salon Diplomatique de l’Aéroport International Toussaint Louverture en vue de souhaiter la bienvenue à la célèbre vedette de télévision Oprah Gail Winfrey, animatrice et productrice américaine du talk show télévisé « The Oprah Winfrey Show. »
Le Chancelier à rappelé le vœu de son Ministère en faveur d’une diplomatie d’affaires devant permettre d’attirer des investissements de tous ordres, de relancer l’économie et de favoriser une rapide Reconstruction d’Haïti et félicité Oprah pour ses multiples œuvres de bienfaisance et la création de « Oprah’s Angel Network », une organisation caritative aidant des milliers de personnes  dans le besoin à travers le monde. Après Katrina, Oprah a fait don de 11 millions de dollars pour la reconstruction de maisons au Texas, au Mississipi, en Louisianne et à Alabama.
Le Ministre Laurent Lamothe a souhaité un support semblable à Haïti et encouragé des efforts d’investissement d’Oprah ou de ses partenaires en vue d’un développement durable. Le Chancelier s’est réjoui qu’Oprah Winfrey ait obtenu cette année,  le Prix « Jean Hersholt Humanitarian Award » pour ses actions philanthropiques.
Mme Oprah, a remercié le Ministre Lamothe pour son accueil et promis de faire part de ses observations en toute objectivité. Critique littéraire et éditrice de magazines, Oprah Winfrey, également actrice, nominée aux Oscars, a été classée comme la personnalité féminine afro-américaine la plus généreuse, la plus philanthrope, et la 2ème plus riche personnalité dans le monde de l’investissement et surtout, la plus influente dans le monde politique international.
HL/ HaïtiLibre

Haïti: Oprah a rencontré Martelly et visité le camp de Sean Penn

Lundi, 12 Décembre 2011 20:17 FJP/HPN Societe & Loisirs Societe

L’animatrice et productrice, Oprah Winfrey, est arrivée dans la soirée du dimanche 11 décembre en Haïti. Elle a été accueillie à l’aéroport International Toussaint Louverture par le ministre des affaires étrangères, Laurent Lamothe, a appris Haïti Press Network.

M. Lamothe a félicité Oprah pour ses œuvres de bienfaisance et espère, de la part de la reine de la télévision américaine, un grand support à Haïti. Il a aussi encouragé des efforts d’investissement de Oprah ou de ses partenaires.
Mme Winfrey, de son coté, a remercié le Ministre Lamothe pour son accueil et promis de faire part de ses observations en toute objectivité.
Durant cette visite dans le pays en vue de tourner une émission sur les potentialités touristiques d’Haïti, Mme Winfrey a rencontré le président de la République, M. Michel Martelly ce lundi. Elle a aussi visité le camp que dirige l’acteur hollywoodien Sean Penn.
jpfedri@yahoo.fr

Haïti – Religion :

Propos du Président de l’Organisation internationale Nation of Islam

13/12/2011 09:10:00

Haïti - Religion : Propos du Président de l'Organisation internationale Nation of Islam

Le Ministère des Affaires Etrangères Laurent Lamothe a accueilli dimanche au Salon Diplomatique l’honorable Louis Farrakhan, Président de l’Organisation religieuse internationale Nation of Islam. Né Louis Eugene Walcott, le guide religieux afro-américain est accompagné de ses deux fils, Wallace et Joshua Farrakhan, ainsi que de l’Ambassadeur international de son mouvement Akbar Muhammed. 
M. Farrakhan profitera de son séjour pour inaugurer, à la Plaine du Cul-de-Sac, une centrale de traitement d’eau potable, alimentée à l’énergie solaire. Ce investissement à caractère humanitaire devrait fournir gratuitement à la population, 30,000 gallons d’eau potable par jour «… nous allons apporter, si Dieu le veut, deux autres appareils de purification d’eau, et nous allons en donner un aux chrétiens, et l’autre aux musulmans. Nous leurs demandons de ne pas charger d’argent aux bénéficiaires de ces machines, qui peuvent produire 30,000 gallons d’eau par jour… » a déclaré le Guide religieux, qui a annoncé son intention d’attirer en Haïti, des investisseurs du monde islamique.
Le Guide religieux a dit soutenir le vaudou qu’il qualifie de religion de liberté et entend avoir des réunions avec des leaders religieux haïtiens de tous les secteurs (catholiques, protestants et vodouisants) «… le vaudou c’est ce que je suis venu apprendre en Haïti, parce que je connais déjà la chrétienté et l’islam, mais je ne connais rien du vaudou. D’aucune façon Haïti ne peut retourner à sa situation d’avant si nous ne respectons pas le vaudou et les personnes qui ont donné à Haïti la liberté. J’espère rencontrer les leaders vaudou, de l’islam et ceux de la religion chrétienne pour que je puisse voir les points communs, qu’il y a à travers toutes ces grandes traditions afin que le peuple haïtien puisse s’unifier totalement… »
Le Chef de Nation of Islam a insisté pour dire qu’il était dans le pays pour « apprendre d’Haïti et des Haïtiens » et déclaré qu’il comptait rester au pays jusqu’au 15 Décembre.
HL/ HaïtiLibre

La sécurité publique, principal enjeu en cette fin d’année

imageLes forces de l’ordre ont intensifié les points de contrôle au cours des dernières semaines afin de freiner les actions des bandits dans la région métropolitaine. Le commissaire de police de la Croix-des-Bouquets, Cadostin Marc André, fait état de l’arrestation de trois kidnappeurs par les forces de l’ordre le week end écoulé. Dans le même temps un otage a été libéré et plusieurs armes à feu saisies lors d’opérations distinctes.
A Carrefour le commissaire Frantz Saint Armand confirme également une intensification des patrouilles dans les principales artères.
En dépit de tout des cas d’enlèvements ont été enregistrés. M. Clément Benoît a rapporté l’enlèvement, la séquestration et la libération contre rançon de son fils de 4 ans. L’enfant a passé plus de 72 heures aux mains de ses ravisseurs, explique M. Benoît qui critique le laxisme des responsables de la DCPJ et de la cellule contre enlèvement. Il déplore qu’aucun policier enquêteur ne se soit présenté à son domicile après qu’il eut déposé formellement une plainte à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).
Au centre commercial de Port-au-Prince, la situation n’est pas différente pour les grossistes et détaillants qui sont régulièrement rançonnés par les bandits. Un commerçant a indiqué à radio Métropole qu’ils sont obligés de fermer les entreprises à la mi-journée pour anticiper les agressions des bandits.
Déjà fragilisées par le violent séisme du 12 janvier 2010, les entreprises du centre ville résistent difficilement aux assauts de bandits. Ce climat d’insécurité effraient les clients qui évitent le centre ville et se dirigent vers Pétion ville et Tabarre.
LLM / radio Métropole Haiti

Haïti – Reconstruction :

Système d’adduction d’eau potable de la commune d’Ennery

12/12/2011 14:31:30

Haïti - Reconstruction : Système d'adduction d'eau potable de la commune d'EnneryVendredi 9 décembre 2011, a eu lieu la Cérémonie de Signature du « Projet de reconstruction du système d’adduction d’eau potable de la commune d’Ennery ». Cette cérémonie s’est tenue dans les locaux de l’Ambassade du Japon, en présence de M. Kentaro Minami, Ambassadeur du Japon en Haïti; M. Joseph Jouthe, Directeur Exécutif de l’Agence Locale pour le Développement Intégral des Jeunes (ALDIJ) et de M. Marc André Dubois, Maire titulaire de la commune d’Ennery.
Ce projet d’un montant de 137,936 dollars américains, entre dans le cadre du programme APL (Aide sous forme de dons aux micro-Projets Locaux) du gouvernement japonais, il comprend :
– La réhabilitation complète du réseau de distribution ;
– La réparation de fontaines de la ville d’Ennery et l’assainissement de leurs périmètres immédiats ;
Ce projet de desserte d’eau potable, dont l’exécution sera assuré par l’ALDIJ, poursuit un double objectif :
– Atténuation des risques de maladies hydriques dont sont victimes bon nombre d’habitants de la commune d’Ennery ;
– Reconstruction d’infrastructures sanitaires suite aux dégâts enregistrés lors des passages de la tempête tropicale Jeanne en 2004 suivi des cyclones Anna, Ike et Gustave.
A travers le programme APL, le Japon continue de supporter les efforts déployés en vue de l’amélioration des besoins essentiels de la vie humaine en Haïti.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-1494-haiti-japon-l-hopital-du-sanatorium-a-leogane-aura-de-l-eau.html
http://www.haitilibre.com/article-4190-haiti-reconstruction-le-japon-va-reconstruire-le-sanatorium-de-sigueneau-a-leogane.html
http://www.haitilibre.com/article-2509-haiti-japon-3-nouveaux-projets-reboisement-et-education.html
http://www.haitilibre.com/article-2430-haiti-peche-amenagement-et-equipement-pour-l-artibonite.html
http://www.haitilibre.com/article-2428-haiti-environnement-traitement-et-reboisement-de-la-ravine-nan-barye.html
http://www.haitilibre.com/article-2244-haiti-japon-amenagement-de-la-maternite-de-la-clinique-saint-paul-de-montrouis.html
http://www.haitilibre.com/article-1657-haiti-epidemie-soutien-medical-japonais.html
http://www.haitilibre.com/article-1655-haiti-reconstruction-nouvelle-aide-du-gouvernement-japonais.html
http://www.haitilibre.com/article-1542-haiti-epidemie-le-japon-au-cote-d-haiti-contre-le-cholera.html
http://www.haitilibre.com/article-1494-haiti-japon-l-hopital-du-sanatorium-a-leogane-aura-de-l-eau.html
http://www.haitilibre.com/article-1245-haiti-grand-goave-inauguration-du-dispensaire-de-baudin.html
http://www.haitilibre.com/article-437-haiti-humanitaire-japon-deux-nouvelles-aides-confirmees.html
http://www.haitilibre.com/article-547-haiti-reconstruction-le-japon-donne-2-4-millions-pour-la-pnh.html
http://www.haitilibre.com/article-396-haiti-reconstruction-le-japon-ne-fait-pas-que-parler-il-agit.html
HL/ HaïtiLibre

Haiti : Des paysans formés en agro-écologie pour une meilleure protection de l’environnement

par Gotson Pierre

[AlterPresse] — Vingt-trois jeunes paysans et paysannes venant des 35 sections communales du département du Centre (est) ont reçu leur certificat en agro-écologie au terme de 12 mois d’étude au centre de formation des cadres paysans à Papaye (8 kms de Hinche) le 9 décembre 2011.

Ces nouveaux gradués sont appelés à apprendre à toute la communauté à faire de la protection de l’environnement une priorité absolue. Ils sont également les premiers bénéficiaires d’une formation en agro-écologie dans le Plateau Central.

Etant originaires de la région, les nouveaux gradués promettent de contribuer dans la lutte contre l’érosion, la déforestation ou la coupe anarchique des arbres.

Au cours de leur intervention les diplômés promettent de s’intégrer davantage dans la production agricole et dans la lutte pour la protection de l’environnement.

Ils confirment que les connaissances fraichement acquises au centre de formation seront utiles à toute la communauté paysanne. Ils projettent de couper la route à tout projet visant à éliminer l’agriculture biologique au profit de l’agriculture industrielle.

Le responsable de la formation, l’agronome Vernat Suprême, se félicite du bon déroulement du processus d’apprentissage aboutissant à cette cérémonie de graduation. Tout le département tirera le bénéfice de cette très bonne formation dans le domaine de l’agriculture, de l’environnement et de la biodiversité, assure t-il.

Les spécialistes recommandent à leurs anciens étudiants de ne jamais oublier que les groupements paysans de la région attendent beaucoup d’eux.

La formation a été réalisée sous le patronage de l’association internationale Frères des Hommes en partenariat avec le Mouvement des Paysans de Papaye (MPP).

Haïti/Economie :

De nouveaux arguments pour expliquer le manque de liquidité de la devise américaine

lundi 12 décembre 2011 à 16:57

Par Succès Estinvil et Enock Arismat

L’ancien gouverneur de la Banque République d’Haïti, Fritz Jean, vient avec de nouveaux éléments qui, selon lui, pourraient expliquer le manque de liquidité du dollar américain dans les banques commerciales du pays.  Il s’agit notamment de la non utilisation par des candidats aux dernières élections des fonds mis à leurs dispositions dans le cadre de leurs campagnes ainsi que des dépenses faramineuses effectuées par l’ancien et l’actuel gouvernements. Frit Jean qui se félicite des dispositions prises par le conseil d’administration de la BRH pour pallier ce problème, appelle le gouvernement Martelly-Conille à réduire les coûts de transaction au niveau du système bancaire ha haïtien.

Les facteurs évoqués par le Gouverneur de la Banque Centrale pour expliquer le problème de liquidité du dollar américain sur le marché haïtien sont loin d’être pas suffisants, de l’avis de Fritz Jean, ex- ancien gouverneur de la BRH. Mis à part la forte demande  du billet vert par des ONG et d’autres Institutions Internationales évoluant dans le pays et les moyens utilisés par les parents haïtiens pour envoyer de l’argent à leurs enfants étudiant en république Dominicaine, l’ancien numéro de la Banque centrale vient avec d’autres éléments qui, selon lui, sont à l’origine du problème. A commencer par la non utilisation, par de nombreux candidats aux dernières élections, de tous les fonds récoltés dans le cadre de leur campagne électorale. 

M. Jean parle également de sommes mirobolantes dépensées par le précédent et l’actuel gouvernements.

Autres facteurs évoqués par l’ancien numéro de la Banque centrale : le renforcement des lois visant à combattre le blanchiment d’argent dans le pays.

Cependant Frit Jean émet des réserves quant au véritable poids de l’accroissement des échanges commerciaux en cash entre les petits commerçants des Républiques d’Haïti et dominicaine. Un autre élément que Castel Charles avait évoqué, vendredi dernier.

L’ancien Gouverneur se félicite des décisions annoncées par le conseil d’administration de la BRH pour pallier ce problème. Cependant, Il estime importante l’adoption de mesures visant notamment à diminuer les coûts des transactions au sein du système financier haïtien.

S’agissant de la forte demande du billet vert par ONG et institutions internationales  évoluant dans le pays pour payer leurs employés, Fritz Jean pense que la BRH et le gouvernement peuvent des mesures simples pour résoudre ce problème exigeant que ces institutions effectuent ses transactions en monnaie locale.

Haïti, plus proche de Cuba et de la Caricom

Le pays de Fidel Castro que le président haïtien Michel Martelly a visité récemment, veut s’engager dans neuf domaines en Haïti. Cuba promet d’aider à la reconstruction d’Haïti en respectant les priorités fixées par les autorités haïtiennes. Le président Martelly et le chancelier Laurent Lamothe ont fait ces annonces à leur retour au pays, le 9 décembre dernier, après leur participation au sommet Caricom-Cuba, tenu à Trinidad et Tobago.

12/12/2011

Haïti a profité de sa participation à ce sommet pour défendre son intégration effective dans la Caricom ; c’est le seul pays de la région dont les ressortissants ont besoin d’un visa pour voyager dans les autre pays caribéens. Le ministre haïtien des Affaires étrangères Laurent Lamothe dit avoir fait un grand plaidoyer en faveur d’Haïti, pour que finisse cette inégalité.
Plusieurs chefs d’État présents au sommet ont fait des promesses d’aide à Haïti. Cuba doit signer très prochainement avec Haïti un accord d’entretien mécanique. Des techniciens cubains prendront à leur charge l’entretien mécanique des parcs automobiles du Centre national d’équipement (CNE)), du Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS) et des bus de transports scolaires « Dignité ».
Le nombre d’entreprises Trinidadiennes présentes en Haïti devrait bientôt passer à 15, elles ne sont que trois jusqu’ici. A en croire M. Lamothe, les autorités haïtiennes envisagent d’installer une ambassade à Trinitad et Tobago et d’assurer une représentation diplomatique haïtienne au sein de la Caricom et de l’Association des États de la Caraïbes (AEC).
Déjà Haïti est appelée à jouer un rôle de premier rang au prochain sommet de l’Association des États de la Caraïbe.

Eddy Laguerre

Haïti-Marché public :

Croix-des-Bossales transformé en dépotoir

Lundi, 12 Décembre 2011 22:08 AL/HPN Nouvelles Economie

Environ trois ans après sa construction, le nouveau bâtiment abritant le marché de la Croix-des-Bossales, près du port de la capitale, présente aux visiteurs une image désolante malgré les lourds investissements consentis pour changer l’image du plus grand marché public de la capitale.

Les occupants des lieux (marchands et marchandes) n’ont pas tenu la promesse de garder cet espace de transactions économiques dans un minimum de propreté, a constaté un reporter de Haiti Press Network.
Œuvre d’ingénieurs haïtiens et vénézuéliens, grâce à un financement du gouvernement du Venezuela à hauteur de deux millions de dollars environ, le marché de la Croix-des-Bossales où prennent place chaque jour plusieurs milliers de marchands et de marchandes, constitue aujourd’hui un véritable choc.
Certains observateurs estiment que l’investissement fait en don par le gouvernement vénézuelien, c’est "de l’argent jeté par les fenêtres". 
Le marché fonctionne dans un environnement désagréable. Les conditions d’insalubrité dans lesquelles les petits commerçants évoluent sont susceptibles de nuire sérieusement à la santé.
Les marchandes sont nombreuses à s’installer, volontairement et sans gêne, dans la boue, les pieds et les produits alimentaires dans les eaux stagnantes, à côté des piles de détritus qui dégagent des odeurs pestilentielles, sous le soleil de plomb.
Pourtant, a-t-on remarqué, le marché dispose de nombreux espaces d’exposition des produits et des places vacantes à l’intérieur.
Interrogée à cet effet, une gentille marchande confortablement installée au bord de la rue, explique  que les acheteurs ne fréquentent pas l’intérieur du marché pour prendre le produit recherché.
« Les clients ne viennent pas. Dépourvus de grandes installations de marchandises, on peut passer une journée entière sans vendre pour un sou. Tandis qu’ailleurs, au bord du Boulevard La Saline, les passants peuvent faire des emplettes à la va-vite », a-t-elle fait comprendre. 
Les installations en désordre sur une bonne partie de la chaussée entravent la circulation automobile et piétonne. Néanmoins, ce désordre semble avoir la bénédiction de l’Administration municipale. Car, les marchandes paient régulièrement des taxes à des percepteurs de la mairie, chargée de l’assainissement et de l’entretien des lieux.
« Mais les personnes chargées du nettoyage viennent rarement s’acquitter de leur tâche », raconte notre interlocutrice, indiquant avoir procédé eux-mêmes parfois à l’assainissement de l’espace.

Nous avons tenté en vain de rencontrer l’un des gérants du marché, où d’ailleurs est logée une annexe de la mairie de Port-au-Prince.
Jodel, 47 ans, marchand de charbons de bois, évoluant à la Croix-des-Bossales dès sa jeunesse, affirme que des travaux de nettoyage sont effectués de façon régulière au marché.
Toutefois, déplore-t-il, quelques heures après ces travaux, les immondices s’empilent à nouveau. Pour lui, la faute revient aux marchandes qui ne développent pas cette culture de vivre dans un environnement sain et protégé.
Mais il n’y a pas que cette situation de désordre systématique, contraire aux normes élémentaires d’hygiène, qui dérange au marché de la Croix-des-Bossales, qui s’étend pourtant sur une superficie de 70.000 mètres carrés, dont 15.000 étaient réservés comme aire de stationnement.

L’entrée principale de l’édifice est obstruée par une kyrielle de tréteaux sales et d’autres objets placés dans un décor de tentes recouvertes de morceaux de tissus crasseux de toutes les couleurs.

Le marché de la Croix des bossales offre de plus en plus un spectacle triste et contrastant, entre: marchandises, fatras, montagnes de boue, objets négligés et, évidemment, les belles tonnelles en toiture métallique abandonnées, ce sont près de 2 millions de dollars gaspillés…

Pire, il semblerait même que de pressants besoins physiologiques sont satisfaits aux abords du marché, tellement l’espace dégage des odeurs malodorantes qui obligent passants et marchands à froncer les sourcils et retenir la respiration de façon intermittente, en vue de contourner l’odeur qui pue.
La nouvelle capitale tant annoncée par les autorités concernées, notamment la mairie de  Port-au-Prince, dans le cadre du projet de la reconstruction nationale, est-elle possible avec cette population dont la civilisation est encore loin de substituer à la mentalité tribale ?

Texte et photo : Alix Laroche
allalematin@yahoo.fr Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Haïti : L’espace de l’ancien cimetière de Pétion-Ville transformée en toilette publique

Lundi, 12 Décembre 2011 19:55 DJ/HPN Societe & Loisirs Societe

Depuis plusieurs mois  des riverains jettent des immondices et font leur besoin dans l’espace du cimetière désaffecté  qui est au cœur de la ville, a constaté Haïti Press Network.

“Il faut enlever cette toilette publique de notre air car ça pue”,  s’est plaint à HPN un membre de l’église voisine.
Marchands et passants utilisent l’espace du cimetière comme dépotoir et un défectoire sorte de toilette publique à ciel ouvert. Un reporter de Haiti Press Network, a constaté que la grande place située entre Delmas et la route de Frères est devenu un  endroit pour le public de petits commerçants qui fonctionnent dans les environs de déverser toutes sortes de déchets. En quelques minutes, une dizaine de personnes y ont fait leur besoin.

Des boites en carton, des assiettes jetables, des bouteilles vides en plastique et en verre sont jetés dans ce même endroit pour être ensuite brulé parfois.
“Plus le projet de faire quelque chose à l’espace tarde et plus des gens vont l’utiliser comme déversoir et des maladies peuvent germer dans cet endroit”, a déclaré un résident du quartier.
La mairie a tenté de monter une cloture en tôles mais les gens arrivent quand même a y pénétrer, a pu constater HPN.
Deruisseau Jim
Deruisseaujim@gmail.com Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Haïti, au pays des catastrophes annoncées

lundi 12 décembre 2011

Par Jacques-Michel Gourgues *

12 janvier 2010 – 12 janvier 2012, dans moins d’un mois, ce sera la célébration d’un jour triste, très triste qui a marqué Haïti et frappé le monde entier ! Une visite au Champ de Mars montre encore les stigmates de ce malheur qui s’est abattu sur le pays ! Un malheur annoncé, crié sur tous les toits tant par des scientifiques, pour leurs prévisions que par de simples citoyens qui ont reçu des messages à travers leurs rêves, pour des prédictions ! C’était la catastrophe annoncée, c’était la prophétie du malheur !

Des scientifiques tels qu’Eric Calais, Claude Prépetit et autres ont crié dans le désert comme le prophète pour alerter tant la population que les autorités gouvernementales sur les risques certains de cette catastrophe qui se précisait à l’horizon.

Parallèlement des citoyennes et des citoyens par le biais de perceptions extra-sensorielles (PES ou ESP en anglais) ont clairement vu dans leurs rêves le séisme dévastateur du 12 janvier. En atteste, cette femme, Mme. Brutus qui est passée quelques mois avant sur les ondes de Radio Télé Ginen à l’émission Kalfou de l’animateur bien connu, Konpè Filo. D’autres personnes anonymes n’en ont pas fait autant mais elles existent et ont raconté leurs récits bien avant le 12 janvier 2010.

La cécité ou mieux la surdité des uns et des autres a donc causé des milliers de morts, d’estropiés, de handicapés, de sans-abris.

Dans son dernier message circulant sur le Net, le professeur Calais a, de nouveau, signalé que des séismes potentiels au niveau de la péninsule du Sud et la côte Nord d’Haïti pouvaient se produire. Du côté dominicain, de nombreuses mesures ont été prises pour parer au pire. Du côté haïtien, on est comme celui qui sait mais ne croit pas comme en 2009. Malgré les événements du 12 janvier, on reprend les vieilles habitudes qui font qu’on n’écoute pas ces prophètes de malheur, même s’ils sont des hommes ou des femmes de science reconnus. Difficile donc de croire si ce que nous savons c’est bien ce que nous savons.

Encore moins, prendre au sérieux des personnes qui ont la capacité grâce à des perceptions extra-sensorielles de connaître des événements futurs. Car les gens, si incrédules, souhaitent que cela devienne vraiment faux, comme le Noé de Gunther Anders, cité dans Dupuy (2005). Les premières sont des Noé annonçant sans cesse des malheurs qui prennent du temps pour venir et qui, lorsqu’arrivant enfin, auront été, laissant derrière eux leurs cortèges de corps sans vie, de maisons détruites, d’espaces dévastés…

La parabole de Noé d’Anders reprise par Dupuy (2005) illustre bien nos propos au sujet de Mme. Brutus, et de tant d’autres qui captent ces messages venus d’ailleurs et les racontent à leurs congénères. Pour se faire comprendre Mme. Brutus aurait dû faire comme le Noé d’Anders en se présentant à l’émission télévisée Kalfou avec de vieux vêtements en sac, badigeonnée de cendres sur sa tête, son visage : le caractère hideux de la mort annonciatrice ! Elle serait alors prise au sérieux par les téléspectateurs et, peut-être les autorités, car elle leur dirait ainsi que la catastrophe était proche. Et quand Konpè Filo lui demanderait quand ceci arriverait, elle aurait répondu : demain ! Eh oui, demain la catastrophe aura été et tout ce qui est n’aura jamais existé ! Et elle reprendrait à son compte ces phrases d’Anders (Dupuy, 2005) : « Si je suis venu devant vous, c’est pour inverser le temps, c’est pour pleurer aujourd’hui les morts de demain. Après-demain, il sera trop tard. »

Les paroles de Mme. Brutus ont apporté une information et un savoir relevant de la précognition et ceci heurte le système de croyances de son auditoire et la foi de certains. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Tant du côté des personnes reconnues comme des scientifiques que des autres pouvant capter à distance des événements futurs, l’avenir est plutôt sombre.

Pour le professeur Calais, il faut s’inquiéter du comportement des failles du Sud et il souligne que les répliques ayant lieu récemment à Petit Goave et Grand Goave ont eu lieu en pleine mer. D’où ses craintes d’un potentiel séisme majeur dans un temps non précisé ! Si le risque de tsunami est prévu pour la zone Nord, en particulier le Cap où l’on a installé, le 8 décembre 2011, un marégraphe en raison de la vulnérabilité de la région du Nord, principalement de la ville du Cap-Haïtien, aux aléas sismiques et aux risques de tsunamis, a précisé un responsable de la SEMANAH (Service Maritime et de Navigation d’Haïti) à AlterPresse.

Du côté des clairvoyants, les informations rejoignent les positions du professeur Calais et de ses collègues mais avec un risque majeur de tsunami sur Port-au-Prince et ses environs côtiers. Quand cela arrivera-t-il ? Comme Noé, on dira demain mais ce qui est certain ce sera dans un temps proche, et même très proche ! Car, après-demain, le déluge aura passé, pour reprendre Dupuy (2005).

Toute la question de la prophétie du malheur se pose à nouveau, savoir : comment motiver la population, les autorités pour prendre conscience et passer à l’action afin de prévenir ces milliers de morts, ces milliers de dollars de dégâts. Même si on ne saurait empêcher la catastrophe de se produire, on pourrait néanmoins endiguer cet impensable possible ! Que cette prophétie du malheur se transforme en une prophétie du bonheur par l’apparition soudaine d’un lendemain inattendu lorsque le déluge aura été !

………………………

* Ph.D. en Éducation

Bibliographie
Dupuy, J-P (2005). Petite métaphysique des tsunamis. Editions du Seuil, Paris, France.
Dupuy, J-P (2002). Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain. Editions du Seuil, Paris, France.
Radin, D. (1997). La conscience invisible. Presses du Chatelet (2000). Editions J’ai lu (2006). France.
Sarthou-Lajus N. octobre 2008- tome 409/4
http://www.revue-etudes.com/Societe…
http://www.alterpresse.org/spip.php…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :