mercredi 14 décembre 2011

14 Déc

Quatre cent million de gourdes pour les festivités de la fin de l’année, annonce Garry Conille

14/12/2011 20:58:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le gouvernement Martelly/Conille s’engage à injecter plus de 400 million de gourdes dans l’économie à travers des activités festives à l’occasion de le fin de l’année 2011.

« Nous ne disposons pas de grand moyen pour le moment, mais nous tenons à célébrer les fêtes de fin d’année avec la population. Nous avons mis à la disposition des ministères plus de 400 million de gourdes pour qu’ils puissent réaliser des activités pour la population sur tout le territoire », a fait savoir le premier ministre Garry Conille.

Le gouvernement a choisi de célébrer, cette année, les fêtes autour du thème : « Noel solidaire ».

Avant de s’envoler, ce mercredi, pour la Pologne où il doit participer à la journée européenne de développement, les 15 et 16 du mois en cours, le chef du gouvernement, Garry Conille – accompagné d’une dizaine de ministres et secrétaires d’Etat – a rencontré la presse pour faire le point autour de la répartition de cette somme à travers les différents ministères.

Selon le ministre à la présidence chargé des relations avec le Parlement, Ralph Ricardo Théano, les parlementaires seront aussi impliqués dans l’organisation des festivités.

« Dans le cadre de l’harmonisation entre l’Exécutif et le Législatif, le gouvernement a pris en considération le budget du Parlement relatif à l’organisation des activités festives » dans diverses régions du pays, a précisé le ministre Théano.

D’autre part, le gouvernement réaffirme sa volonté de combattre l’insécurité afin d’assurer un climat propice aux festivités de fin d’année.

« S’il y a insécurité la fête ne sera pas agréable. C’est pourquoi, nous avons adopté des mesures (…) pour garantir la sécurité des citoyens pendant les fêtes de fin d’année », a assuré Réginald Delva, secrétaire d’État à la sécurité publique.

« Un crime est toujours un crime de trop », a chuchoté Garry Conille, qui se dit préoccupé par la montée inquiétante de l’insécurité ces derniers jours dans le pays. Il priorise les activités liées au rétablissement d’un climat serein dans la capitale. [sfd gp apr 14/12/2011 12 :50]

Alter Presse

Le Premier Ministre participera aux JED

14/12/2011 13:05:48

Haïti - Politique : Le Premier Ministre participera aux JED

Le Premier ministre d’Haïti M. Garry Conille participera aux Journées européennes du développement (JED) qui se tiendront les 15 et 16 décembre à Varsovie en Pologne. Ces journées seront consacrées, pour la première fois, à la démocratie, aux droits de l’homme et à la gouvernance.
Les Journées européennes du développement, organisées cette année par la Commission européenne et la présidence polonaise de l’Union européenne, sont devenues un temps fort de l’agenda international du développement.
Le thème principal sera le lien entre développement et démocratie. Organisées pour la première fois dans un pays situé à l’est de l’ancien Rideau de fer et dans le contexte des mutations politiques que connaît actuellement le monde arabe, l’édition 2011 des JED réunira des acteurs clés du développement.
Monsieur Garry Conille, le Premier ministre tunisien par intérim, M. Béji Caïd Essebsi, et le Président du Conseil national de transition libyen, M.Mustapha Mohammed Abdel Jalil, sont les derniers invités spéciaux qui ont confirmé leur participation.
Ces deux nouveaux orateurs s’ajoutent à la longue liste de dirigeants mondiaux de premier plan et de personnalités de la scène internationale qui ont déjà confirmé leur venue: les Présidents Mahamadou Issoufou (Niger) et Mikheïl Saakachvili (Géorgie), la Présidente du Kirghizstan, Rosa Isakovna Otounbaïeva, ainsi que le Professeur Shirin Ebadi et M.Lech Walesa, Prix Nobel. Le Président polonais, Bronisław Komorowski, participera à la cérémonie d’ouverture.
Ces journées européennes du développement seront l’occasion d’appliquer à un autre cadre les enseignements tirés de la transition vécue en Europe de l’Est.
Les autres grands thèmes sont les suivants :

  • l’efficacité de l’aide
  • la nouvelle approche de l’UE en matière de coopération au développement: un programme pour le changement
  • les droits de l’homme
  • Ces deux jours seront aussi l’occasion pour les acteurs du développement de débattre de la nouvelle approche de la Commission européenne en matière de coopération au développement, le « programme pour le changement » – un engagement visant à optimaliser les effets de l’aide en privilégiant moins de secteurs et les pays qui en ont le plus besoin.
    A cette occasion M. Gary Conille aura des rencontres bilatérales avec M. José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, M. Andris Piebalgs, Commissaire chargé du développement, et Mme Kristalina Georgieva, Commissaire chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises.
    M. Conille interviendra lors de la cérémonie de clôture des JDE au côté de Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger, Andris Piebalgs Commissaire européen au Développement, Krzysztof Stanowski, Sous-secrétaire d’Etat à la Coopération au Développement, Ministère des Affaires étrangères de la Pologne.
    En savoir plus sur les Journées européennes du développement
    Les Journées européennes du développement ont été lancées en 2006 pour permettre aux principaux partenaires de se réunir et de discuter de la manière d’améliorer l’efficacité de l’aide. Trente-six chefs d’État, soixante chefs de gouvernement ou ministres et sept prix Nobel ont participé aux cinq éditions précédentes. La dernière, qui a eu lieu à Bruxelles en 2010, a attiré 5 000 participants au total.
    Organisées par la Commission européenne et la présidence du Conseil de l’Union européenne, les Journées européennes du développement sont la principale enceinte européenne en matière d’affaires internationales et de coopération au développement. De portée mondiale, elle offre une plateforme de collaboration qui rassemble des milliers de défenseurs, de décideurs et de professionnels du développement.
    « Développement et démocratie » est le thème principal de l’édition 2011. Il y a vingt ans, l’Europe centrale et orientale connaissait de profonds bouleversements. L’année dernière a été marquée par le début des soulèvements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. L’événement vient à son heure, car il réunit les acteurs du développement et fait le bilan, analyse et examine les liens entre les changements politiques et les progrès socio-économiques.

    HL/ HaïtiLibre

    Haïti/Insécurité :

    Réginald Delva continue d’annoncer des mesures…

    mardi 13 décembre 2011 à 16:27

    Par Succès Estinvil et Enock Arismat

    delvaUn nombre très élevé d’utilisateurs de téléphones portables ne sont pas  enregistrés dans les bases de données des opérateurs de téléphonie mobile en Haïti. Plus de 800 mille pour l’un d’entre eux et plus de 120 mille pour un autre, fait savoir le secrétaire d’Etat à la sécurité publique. Une situation qui rend très compliquée la tache des policiers dans la lutte contre l’insécurité, déplore Réginald Delva qui annonce que des dispositions seront prises en vue de résoudre ce problème.

    L’insécurité prend des proportions alarmantes en cette fin d’année 2011 dans la zone Métropolitaine de Port-au-Prince en dépit des dispositions annoncées par les autorités policières pour faire face à ce phénomène. Des cas d’assassinat ou d’enlèvement sont quotidiennement recensés dans la capitale et ses environs ces derniers jours.  Il est souvent très difficile de mettre la main au collet des bandits. L’une des raisons liées à ce problème : les noms de nombreux propriétaires de Carte CIM ne sont pas enregistrés dans la base de données des compagnies de téléphonie mobile, explique le secrétaire d’Etat à la sécurité publique. Et cela n’aide vraiment pas les forces de l’ordre, regrette Réginald Delva.

    Les autorités policières n’entendent pas rester les bras croisés face à cette situation qui compromet leur travail, fait savoir le secrétaire d’Etat à la sécurité Publique.  C’est en ce sens, précise  Réginald Delva, qu’il est prévu de concert avec le Conseil national de télécommunication d’accorder, sous peu, aux opérateurs un délai pour pouvoir enregistrer tous leurs clients.

    Autre problème rendant difficile également la tache des policiers : le refus des proches de certaines personnes enlevées de les contacter ou encore de leur fournir de bonnes informations. Un facteur pourtant capital dans la lutte contre l’insécurité, fait remarquer l’expert en sécurité.

    La Police à elle seule ne peut pas combattre le phénomène de l’insécurité, particulièrement le kidnapping, reconnait Réginald Delva. Aussi, appelle-t-il, les différents acteurs concernés à jouer leur partition pour aider les forces de l’ordre à mettre les bandits hors d’Etat de nuire.

    Il faut dire de nombreuses voix  continuent de s’élever ces derniers jours pour demander aux forces de l’ordre d’assumer leurs responsabilités face à la montée effrénée du banditisme ayant endeuillé beaucoup de familles haïtiennes.

    Haïti – Économie :

    Rareté du dollar, 4 mesures annoncées

    14/12/2011 06:45:21

    Haïti - Économie : Rareté du dollar, 4 mesures annoncéesHier André Lemercier Georges, le Ministre de l’Économie et des Finances, et le Gouverneur de la BRH, Charles Castel ont été reçus par la Commission Finances du sénat de la République pendant près de 4 heures, après la présentation des causes profondes et des causes occasionnelles qui justifie la rareté du dollar dans le pays, après l’évaluation des conséquences de cette rareté sur le marché et l’économie nationale, 4 grandes décisions ont étaient annoncées pour corriger cette situation.
    Le sénateur Jocelerme Privert Président de la Commission Finances et du Budget donne plus d’explications «…la première décision, nous avons dit que la mesure que le gouverneur a pris d’exiger que la loi soit respecté en matière de paiement des transferts venant de l’étranger en monnaie nationale, cette mesure doit se faire de façon graduelle pour permettre aux opérateurs qui agissent dans ce secteur, soit de se recycler ou qu’il y ait de nouvelles opportunités créés pour ces derniers.
    La deuxième mesure que nous avons envisagée, il y a des préoccupations de la part de certain sénateur par rapport à certaines dépenses qu’ils imputent au Gouverneur de la Banque Centrale, il y a eu des demandes de documents pour les justifier, c’était beaucoup plus des préoccupations que des faits réels. Le Gouverneur a pris l’engagement de communiquer au parlement les documents qui justifient les dépenses de la Banque Centrale […]
    Le troisième engagement que les autorités monétaires et financière ont prise devant le sénat c’est qu’il y a une loi qui fixe la limite des transactions en dollars dans le pays, et nous pensons que dans toutes les mesures qui sont prises c’est la loi qui doit être respectée, il y a aucune loi qui autorisent la limite des retraits en cash à 500 dollars, la loi fixe à 10,000 dollars le maximum qu’une personne peut déposer en cash et le maximum qu’une personne peut retirer en cash va être instruit…
    La quatrième grande décision que nous avons prise c’est que la Constitution indique que la gourde est la monnaie nationale, elle exige que toutes les transactions qui sont faites dans le pays se fassent en monnaie nationale, nous demandons aux autorités politique, à savoir que le Ministre des Finances, le Ministre du Commerce, le Gouverneur de la Banque Centrale rappellent à tous le monde dans le pays que l’école, les loyers, les transactions dans les markets, magasins doivent être payée en gourde, et que le citoyen à le droit de payer en monnaie nationale…»
    Lire aussi :
    http://www.haitilibre.com/article-4412-haiti-economie-rarete-artificielle-du-dollar-la-brh-convoque-l-apb.html
    http://www.haitilibre.com/article-4400-haiti-economie-pas-de-rarete-de-dollars-en-haiti-mais.html
    HL/ HaïtiLibre

    Conférence :

    Haïti-République Dominicaine, une île divisée parmi d’autres ?

    La géographe française Marie Redon aborde la complexité des rapports transfrontaliers entre les deux pays

    Publié le mardi 13 décembre 2011

    Conférence "Haïti–République Dominicaine, une île divisée parmi d’autres ? » de la géographe Marie Redon suivie d’une projection du film documentaire "Rendez-vous Place du Marché" en présence de la réalisatrice Marie Bodin.

    Tel est le thème d’une conférence que prononce ce 13 décembre 2011 la géographe française Marie Redon à l’Institut Français d’Haïti, à partir d’une approche comparative avec d’autres îles divisées telles le Timor en Asie du Sud-Est et St-Martin dans les Caraïbes.

    Cette conférence sera suivie d’une projection du film documentaire « Rendez-vous Place du marché » évoquant la dynamique transfrontalière entre Haïti et la République Dominicaine à travers l’exemple de la gestion du marché binational d’Elias Pina en présence de la réalisatrice Marie Bodin.

    Marie Redon est maître de conférence en géographie à l’université Paris 13-Nord. Elle est également membre du Centre de recherche "Espaces Sociétés Culture". Chercheure associée du laboratoire PRODIG (Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique), Marie Redon a effectué une partie de sa thèse de géographie sur Haïti (codirigée par le géographe haïtien Jean Marie Théodat).

    Elle est aussi l’auteure du livre "Des îles en partage : Haïti et République Dominicaine, Saint-Martin, Timor", coédité par les Presses Universitaires d’Haïti.

    Outre plusieurs communications sur le sujet, entre autres le dernier colloque "Haïti des lendemains qui tremblent 12-15 janvier 2011" au Centre d’Enseignement et de Recherche et en Action Humanitaire de Genève, elle a publié plusieurs articles sur Haïti.

    Actuellement elle enseigne à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Port-au-Prince. Quant à sa compatriote Marie Bodin, elle est détentrice des Masters 1 et 2 (Maitrise et DEA) de géographie à l’Université Paris 1, Panthéon, Sorbonne sous la codirection de Jean Marie Théodat (Paris 1) et de Marie Redon (Paris-13). Elle a soutenu un travail de recherche sur les relations entre Haïti et la République Dominicaine à travers l’exemple de la gestion d’un "Marché Binational" qui se situe en territoire Dominicain. Son Master 2, elle l’a eu grâce à ses travaux menés dans la commune des Abricots dans le département de la Grand-Anse. Ses recherches ont été axées sur l’épineux problème des mobilités post-séisme et leur impact sur la gouvernance locale. Source Institut Français d’Haïti/RK/LPP

    Haïti – Économie :

    Heineken accroit sa participation à 95% dans la Brasserie Nationale d’Haïti

    14/12/2011 08:19:52

    Haïti - Économie : Heineken accroit sa participation à 95% dans la Brasserie Nationale d'HaïtiHEINEKEN N.V. a annoncé aujourd’hui son intention d’augmenter sa participation dans la Brasserie Nationale d’Haïti SA (BRANA), le brasseur leader en Haïti, portant de 22,5 à 95% sa participation. Les actions sont actuellement détenues par la direction de Brana et des actionnaires privés. Les détails financiers ne sont pas divulgués.
    La transaction est soumise aux conditions de clôture habituelles et devrait être complété et consolidé en Janvier 2012. Heineken prévoit que l’acquisition sera relutive à partir de janvier 2012 et un renforcement de la valeur à la fin de la première année.
    Commentant la transaction, John Nicolson, président pour la région Amériques de Heineken a déclaré « Le marché haïtien de la bière a montré une solide croissance d’année en année, mais reste relativement peu développé. Une population croissante avec la stabilité politique et économique accrue crée de bonnes perspectives pour une croissance continue. Brana est idéalement positionné pour bénéficier de cet environnement avec ses grandes marques, la brasserie locale et son réseau de distribution national. »
    Brana est la société leader des boissons en Haïti, produit, commercialise et distribue différentes marques de bière et de malt, et plus particulièrement la bière Prestige, Malta H et Guinness (licence), ainsi que divers marques de boissons gazeuses sous licence PepsiCo. Heineken a acquis sa participation initiale de 22,5% dans la société dans les années 1980.
    BF/ HaïtiLibre

    Haïti – Politique :

    Les 50 premiers jours du Ministre Supplice (MHAVE)

    14/12/2011 11:01:09

    Haïti - Politique : Les 50 premiers jours du Ministre Supplice (MHAVE)Le Ministre des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE), Daniel Supplice a présenté un bilan de ses 50 premiers jours à la tête de l’institution et les perspectives d’avenir durant son mandat.
    Hier mardi lors d’une conférence de presse, M. Supplice a informé qu’en moins de deux mois, une proposition de Loi organique du Ministère, laquelle fera partie intégrante de l’agenda législatif du gouvernement, est remis au Premier ministre pour les suites nécessaires. Parallèlement, il a indiqué « nous travaillons sur la restructuration du MHAVE, une proposition de projet de budget du Ministère etc. »
    Par ailleurs, le Ministre a fait un résumé de ses deux voyages officiels aux États-Unis, notamment dans les États de New York et de Miami pour honorer quelques invitations, et pour rencontrer les communautés haïtiennes qui y résident.
    Selon les informations du Ministre, les compatriotes de l’étranger renouvellent toute leur confiance dans le programme d’éducation gratuite du Président de la République, Michel Martelly. Néanmoins, ils demandent des explications sur les fonds prélevés sur les transferts d’argent et les appels téléphoniques vers Haïti. Ils appellent, le gouvernement à plus de transparence sur cette question.
    D’autre part, les Haïtiens de l’étranger souhaitent la mise en place des structures leur permettant d’obtenir sur place, des documents tels : acte de naissance, acte de mariage, titres de propriété en cas de perte.
    De tout cela, l’identification de la diaspora reste le principal projet du Ministre. Le titulaire du MHAVE parait déterminé à identifier cette extension de la population haïtienne, éparpillée un peu partout à travers le monde. « L’identification sera quantitative et également qualitative », a-t-il promis.
    Lire aussi :
    http://www.haitilibre.com/article-4478-haiti-politique-doleances-de-la-diaspora-de-new-jersey.html
    http://www.haitilibre.com/article-4383-haiti-politique-daniel-supplice-plaide-pour-l-identification-effective-de-la-diaspora.html
    http://www.haitilibre.com/article-4366-haiti-politique-daniel-supplice-rencontre-la-diaspora-aux-etats-unis.html
    http://www.haitilibre.com/article-4383-haiti-politique-daniel-supplice-plaide-pour-l-identification-effective-de-la-diaspora.html
    http://www.haitilibre.com/article-4351-haiti-social-le-mhave-travaille-sur-differents-projets.html
    http://www.haitilibre.com/article-4339-haiti-usa-premier-voyage-officiel-pour-daniel-supplice.html
    http://www.haitilibre.com/article-4318-haiti-politique-daniel-supplice-parle-du-droit-de-vote-de-la-diaspora.html
    http://www.haitilibre.com/article-4289-haiti-politique-daniel-supplice-s-interesse-a-l-identification-des-haitiens-de-la-diaspora.html
    HL/ HaïtiLibre

    Haïti – Économie :

    Conférence sur le développement de la région du Nord

    14/12/2011 15:03:48

    Aujourd’hui, la municipalité de Ouanaminthe a tenu une conférence de coordination de développement qui a réuni des leaders locaux de la société civile et du secteur privé, des représentants du gouvernement haïtien, des responsables de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), de l’Union Européenne (UE), du gouvernement américain, et d’autres partenaires importants impliqués dans le développement de la région du Nord.
    Rony Pierre, le Maire de Ouanaminthe a présenté le plan "Ouanaminthe 2016 et Au-delà". Le plan présente les priorités de développement de la communauté, y compris les services de santé, l’éducation, la formation professionnelle, la gestion de l’agriculture et de l’environnement, tout en accordant une priorité à encourager les investissements du secteur privé.

    La Conseillère et Chef de Cabinet Cheryl D. Mills et l’Ambassadeur Kenneth Merten ont pris la parole au nom des Etats-Unis. Ils ont souligné l’engagement continu du gouvernement des Etats-Unis dans le développement de la région du Nord et l’importance de travailler en partenariat avec les bailleurs locaux.
    Le représentant de la Banque Interaméricaine de Développement, Felipe Gomez-Acebo, a décrit les investissements entrepris par la BID au niveau de la région en mettant l’emphase sur l’éducation, l’environnement dont les efforts d’amélioration dans la distribution de l’eau et du système d’assainissement, et en promouvant également le développement du secteur privé. Benoist Bazin, le représentant de l’Union Européenne, a mis l’accent sur l’engagement de son institution dans des projets d’infrastructures qui vont améliorer l’intégration entre les villes de la région, et les systèmes de transport avec la capitale haïtienne et le centre du pays.
    Ouanaminthe loge le parc industriel CODEVI, qui est géré par la manufacture Grupo M. Au cours des sept dernières années, CODEVI a créé des milliers d’emplois à Ouanaminthe. Avec aujourd’hui 6.500 employés haïtiens, CODEVI a la capacité d’augmenter le nombre d’emplois jusqu’à 15.000 dans les prochaines années, et apporte une contribution majeure dans le développement économique et social de la région du Nord-est d’Haiti.
    HL/ HaïtiLibre

    L’aéroport Toussaint Louverture : rien à envier aux autres

    Il sera moderne, standard, parasismique, beau…La compagnie Panexus Haïti, qui conduit les travaux de réhabilitation de l’aéroport international Toussaint Louverture, promet d’émerveiller même les plus exigeants. Une première partie du bâtiment sera opérationnelle cette semaine. Le reste dans trois mois. « Il n’aura rien à envier aux autres aéroports du monde », a lâché Gilbert Hyppolite, le patron de Panexus.

    A l’extérieur comme à l’intérieur les employés s’activent

    Une vue de l’intérieur

    Une machine ultra moderne fabrique les mortiers

    Gilbert Hyppolite le patron de Panexus

    Un véritable chantier. Plusieurs équipes mettent les bouchées doubles. Les employés sont hyperconcentrés. Pas de temps pour parler. Une machine ultramoderne fabrique le mortier. Poussière. Le bruit assourdissant d’un perforateur. Le vrombissement de plusieurs génératrices. La chaleur. L’aéroport international Toussaint Louverture est en totale réparation, environ deux ans après les dégâts causés par le tremblement de terre de 12 Janvier 2010. Objectif : standardisation du bâtiment.
    « Il ne s’agit pas tout simplement de réparer l’aéroport. Panexus Haïti le renforce et le met au pas avec le standard international », a laissé comprendre Gilbert Hyppolite, le patron de la firme. Le bâtiment pourra résister à un tremblement de terre de niveau huit (8) sur l’échelle de Richter, s’est-il enorgueilli en répondant, mardi, aux questions du Nouvelliste, soulignant que tout l’aéroport est concerné par les travaux de réhabilitation. »
    D’ici le 15 décembre, donc cette semaine, les ingénieurs de Panexus ont pris l’engagement de rendre fonctionnelle une partie de la salle de départ. Parce que Haïti est généralement très fréquentée pendant les fêtes de fin d’année et les conditions d’arrivée sont intolérables. M. Hyppolite a jugé nécessaire de mettre les bouchées doubles pour augmenter la capacité du bâtiment et améliorer les services. « Entre les mois de février et mars, la totalité des travaux sera achevée… », a-t-il dit.
    Le séisme du 12 janvier 2010 a fait pas mal de dégâts aux différentes installations de l’aéroport. Les systèmes d’électricité, d’aération, de plomberie sont, entre autres, totalement à refaire. Les paroirs du bâtiment ont été les plus endommagés par la catastrophe. « On profite pour remettre l’aéroport sur pied pour les 20 prochaines années », a ajouté le patron de Panexus.
    Les changements apportés par Panexus
    L’aéroport Toussaint Louverture n’aura rien à envier aux autres aéroports internationaux, a repris à maintes reprises le responsable de Panexus. « Des améliorations seront apportées dans tous les domaines », a-t-il dit.
    « L’aéroport est maintenant parasismique; avant, il ne l’était pas.Le bureau de l’immigration sera désormais placé à l’endroit où se situait le salon diplomatique avant le tremblement de terre. Plus de 20 comptoirs seront entretenus au bureau de l’immigration pour permettre d’accueillir plus de gens en même temps. La salle des bagages sera réservée pour les bagages des passagers. Des carrousels beaucoup plus grands desserviront les usagers pour leur éviter de perdre du temps », a énuméré Gilbert Hyppolite.
    L’aéroport pourra recevoir à la fois deux avions de 300 places et « les passagers ne passeront pas plus de 30 minutes à l’aéroport, a-t-il ajouté. « Nous aurons un aéroport qui répond aux normes internationales pour les 25 prochaines années. Sa capacité sera doublée. Il va pouvoir accueillir annuellement 1,2 million de passagers. »
    Côté esthétique
    Escaliers roulants, ascenseur pour les handicapés, panneaux lumineux, portes et vitres électriques, boutiques, toilettes ultramodernes …A l’intérieur, il y aura des bars et un café-terrasse. Les façades seront changées, des jardins seront aménagés. « Il y aura beaucoup de changements », a promis M. Hyppolite.
    Au niveau de la salle d’arrivée, il y aura un espace d’attente pour ceux qui viennent chercher leurs proches. Selon M. Hypolithe, il n’est pas normal que les gens restent dans la rue sous le soleil lorsqu’ils viennent chercher quelqu’un à l’aéroport. «On déposera maintenant les gens qui voyagent dans un espace couvert; même s’il pleut il n’y aura aucune inquiétude. Comme cela se fait dans tous les pays du monde ! », a-t-il lancé avec une certaine satisfaction.
    La circulation sera à sens unique devant l’aéroport pour éviter les va-et-vient et du coup sécuriser toute la zone, a-t-il poursuivi. Il est fort probable que l’actuel salon diplomatique reste là où il est à l’autre bout de l’aéroport. Toutefois, « selon ce que j’ai entendu, il y aura également des améliorations au salon diplomatique. Je ne dispose pas suffisamment d’informations pour en dire plus. »
    Le coût des travaux
    « Le premier volet, à savoir les réparations structurelles de l’aéroport, était évalué à 4,5 millions de dollars. Nous avons été plus loin. Il y aura certainement des ajouts sur l’électricité », a dit Hyppolite, soulignant que tout se fait dans la transparence. « Nous n’allons rien cacher. D’ailleurs, ce sont des dossiers techniques qui peuvent être vérifiés par d’autres firmes s’il y a des gens qui sont intéressés à faire des audits. Nous sommes ouverts. »
    La firme Panexus a fait appel à d’autres firmes pour lui permettre de livrer la marchandise à temps.
    Je suppose que vous avez donné beaucoup d’avantages pour remporter l’appel d’offres, M. Hyppolite? (Le Nouvelliste) « Eh!…je dois vous dire en grande partie…j’aurais aimé que vous vérifiiez quels types d’équipements nous utilisons; si vous les trouvez dans le pays, vous me direz quelles autres firmes pourraient faire ces travaux », a-t-il répondu à cette dernière question directe et précise.
    Robenson Geffrard
    rgeffrard@lenouvelliste.com

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :