jeudi 15 décembre 2011

15 Déc

50 millions d’Euros pour les PME haïtiennes

15/12/2011 12:37:34

imageMichel Martelly, le Président de la République d’Haïti, a rencontré ce mercredi 14 décembre 2011, une délégation composée de l’Ambassadeur d’Espagne à Port-au-Prince, M. Manuel Hernández Ruigómez, du Représentant de la BID en Haïti, M. Edouardo Almeida et du Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, M. Pierre Richard Casimir.
Cette rencontre fait suite aux diverses négociations entreprises par le Chef de l’État haïtien lors de son fructueux voyage en Espagne, en juillet dernier, autour de l’accompagnement et de l’appui aux Petites et Moyennes Entreprises (PMEs) haïtiennes.
5 mois après, les fonds sont arrivés. L’Ambassadeur espagnol, M. Manuel Hernández Ruigómez, est venu informer le Président Martelly de l’acheminement vers la Banque Interaméricaine de Développement (BID) de l’aide économique de 50 millions d’Euros promise par le Président du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, et qui constitue aussi une garantie de prêts octroyés aux PME haïtiennes.
Ainsi, à partir du mois de janvier 2012, les opérations commenceront et les Petites et Moyennes Entreprises pourront bénéficier d’un système de crédit général, à partir des banques commerciales de la place qui géreront le fonds de concert avec la BID.
« Haïti peut toujours compter sur l’Espagne » a renchéri l’Ambassadeur Manuel Hernández Ruigómez.
La réaction de l’Espagne après la visite du Président Martelly est un exemple concret des retombées positives des voyages du Chef de l’État en vue de promouvoir le pays et d’améliorer les conditions de vie du peuple haïtien.
HL/ HaïtiLibre

L’aéroport international fait peau neuve à l’ occasion des fêtes

imageLa première phase des travaux de réaménagement de l’aéroport international Toussaint Louverture devrait être bouclée avant la fin de cette semaine. Le directeur de la firme Panexus, ing. Gilbert Hypolithe, assure que le premier lot du projet qui comprend entre autres l’agrandissement de la salle de départ et de la salle d’arrivée sera ouvert au public le 16 décembre 2011.
Depuis plusieurs semaines cette firme haïtienne a réalisé des travaux de renforcement des structures du bâtiment de l’aéroport. Le projet prévoit l’amélioration des espaces pour accueillir deux avions, l’agrandissement et l’aménagement de la salle d’immigration, de la salle des bagages etc. La salle d’immigration disposera de 20 comptoirs au lieu des 6 actuellement.
M. Hyppolite promet un aéroport de standard international avec escaliers roulants et autres conforts.
Le cout total du projet est de 4.5 millions de dollars mais M. Hyppolite prévient qu’il y aura des ajouts. Une firme japonaise Miamotto est également impliquée dans le projet. Le directeur de Panexus souligne que le projet prouve la compétence des spécialistes haïtiens dans le secteur de la construction. Les travaux de renforcement des structures permettront à l’aéroport de résister à un violent séisme.
Un appel d’offre restreint avait été lancé par les autorités haïtiennes pour l’extension de l’unique aéroport international d’Haïti. Le second lot du projet devrait être remis aux autorités avant la fin de janvier 2012.
LLM / radio Métropole Haïti

Un Colloque international sur l’Education sera organisé bientôt en Haïti

imageLe Ministère des Affaires Étrangères et des Cultes annonce dans un communiqué, la tenue prochaine d’un colloque international sur l’éducation.
Une réunion préparatoire a eu lieu ce mardi dans la soirée, au Karibe Convention Center en présence de nombreuses stars internationales.
Parmi les invités de marque figuraient des vedettes mondialement connues dont l’acteur hollywoodien Sean Pean, la styliste Donna Karan, Wong G et le Consul honoraire d’Haïti en République Tchèque, Petra Nemcova. Ces grandes personnalités sont venues apporter leur soutien au Gouvernement et au Programme d’éducation gratuite du Président Martelly à l’intention des enfants haïtiens.
Plus de 903,000 enfants sont entrés à l’école gratuitement cette année, selon le Ministre des Affaires Étrangères, Laurent LAMOTHE, qui estime que la participation de stars de renommée internationale aidera grandement à trouver davantage de fonds en faveur de l’éducation.
Pour Petra Nemcova, « l’heure n’est plus à la parole mais à l’action ». De son coté, Donna Karan, styliste américaine de renom, dépositaire de la marque internationale DKNY (Donna Karan of New York), a fait part de son intention d e s’investir à fond dans les programmes éducatifs en faveur des communautés les plus reculées du pays.
Sean Penn a déclaré, pour sa part, que les haïtiens ont fait le choix de nouveaux dirigeants dynamiques qui veulent enfin aider le pays avec de nouvelles alliances internationales.
Par ailleurs, le Chancelier LAMOTHE a noté l’importante participation des ONG à l’effort éducatif en Haïti, mais il estime que cette aide est mal distribuée. Abondant dans le même sens, le Ministre de l’Education Nationale, M. Réginald PAUL, a annoncé son intention de faire venir des experts internationaux de concert avec le Ministre des Affaires Etrangères afin d’apprendre aux personnels du système éducatif haïtien à bâtir leurs écoles, à en prendre soin et à poursuivre le programme de formation des formateurs.
A ce colloque sur l’Education à l’Hôtel Karibe, quatre groupes de travail ont été créés par les stars internationales pour favoriser des investissements dans la construction d’écoles modernes, l’enseignement de qualité et des activités de levée de fonds en faveur d’Haïti à travers le monde.

Haïti/Elections :

Evans Paul très acide envers l’Exécutif haïtien

mercredi 14 décembre 2011 à 15:26

Par Succès Estinvil et Enock Arismat

Le porte parole la plateforme politique  «  l’Alternative » dénonce le fait par l’exécutif de n’avoir annoncé aucune disposition visant l’organisation des élections pour le renouvellement du tiers du Sénat, des municipales et locales. C’est la preuve d’un mépris total de la dynamique démocratique dans le pays, déplore Evans Paul qui prédit une crise.

Les jours passent et l’Exécutif n’a toujours pas dit ce qu’il compte faire en ce qui a trait à la réalisation des élections pour le renouvellement du tiers du Sénat, des municipales et locales. Des élections qui auraient du se tenir en cette fin d’année. Cela traduit un mépris flagrant de la dynamique démocratique dans le pays, a déploré Evans Paul de la plateforme Alternative.

Et quand la dynamique démocratique n’est pas respectée, la crise est inévitable, se désole Evans Paul.

Dans la presse, dans la rue, partout, le procès de l’actuel CEP, complètement désagrégé, a déjà eu lieu. Pour beaucoup d’Haïtiens, le conseil Electoral provisoire de Gaillot Dorsainvil, actuellement dans le maquis, n’est pas crédible. Pas question donc, pour lui, d’organiser le prochain scrutin. Alors se pose la question, Quel CEP pour les prochaines élections ?

Et face aux échecs répétés des partis politiques dont les scores aux dernières élections laissaient à désirer, le responsable de l’Alternative invite les principaux concernés à prendre les mesures appropriées  afin d’organiser au plus vite  ces élections.

A rappeler que la loi électorale modifiée permet aux sénateurs dont les mandats arriveront  à terme le deuxième lundi de janvier à venir de rester en poste jusqu’au deuxième lundi de mai 2012.

Atelier sur la modernisation du système d’enregistrement de l’état civil

15/12/2011 12:30:15

Haïti - Social : Atelier sur la modernisation du système d’enregistrement de l’état civilLe Ministre de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP), Me Michel Brunache, a officiellement lancé des ateliers portant sur la modernisation du système d’enregistrement de l’état civil en Haïti, qui se sont déroulés les 13 et 14 décembre. Ces ateliers, organisés avec l’appui de l’Organisation des États américains (OEA) et l’École nationale d’administration publique du Québec (ENAP), visent à consulter les divers groupes de la société civile afin de prendre en compte leurs recommandations, une étape essentielle dans les travaux de révision du cadre légal de l’état civil menés par le MJSP.
Une trentaine de représentants de la société civile ont débattu de thèmes fondamentaux pour une réforme du cadre légal de l’état civil, entre autres : les contenus et les libellés des actes de l’état civil, les questions de nationalité et d’apatridie, le défi technologique, la décentralisation et la déconcentration, le rôle et le mandat des institutions publiques, des officiers de l’état civil et des acteurs non étatiques, ainsi que la sécurité publique.
Un système modernisé, durable et non-discriminatoire permettra à tous les Haïtiens et Haïtiennes de se prévaloir de leur droit fondamental à l’identité civile.
Ces ateliers s’insèrent dans le cadre du Projet de modernisation et d’intégration du registre civil du Gouvernement d’Haïti, financé par l’Agence canadienne de développement international (ACDI), avec l’appui technique de l’OEA et de l’ENAP.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4371-haiti-social-500-leaders-communautaires-participent-a-des-ateliers-sur-l-etat-civil.html
http://www.haitilibre.com/article-3528-haiti-technologie-modernisation-du-systeme-de-registre-civil.html
http://www.haitilibre.com/article-3686-haiti-justice-renforcement-des-capacites-des-tribunaux-et-bureaux-d-etat-civil.html
HL/ HaïtiLibre

Haïti: le FMI table sur une accélération de la croissance en 2012

AFP- Publié le 15/12/2011 à 21:04

Le Fonds monétaire international a indiqué jeudi qu’il tablait sur une accélération de la croissance économique d’Haïti en 2012, à 7,8% contre 5% en 2012.

"Les perspectives pour 2012 restent favorables, à condition que le nouveau gouvernement accélère la reconstruction et que la stabilité politique et la sécurité soient maintenues", a affirmé l’institution dans un communiqué publié à l’issue d’une mission d’une semaine à Port-au-Prince.

"Une reprise dans le secteur agricole et une intensification de l’activité dans la construction et l’industrie manufacturière contribueront à accélérer la croissance pour la porter à 7,8% environ", a-t-il souligné.

Le FMI avait accordé à Haïti en juillet 2010 un prêt de 268 millions de dollars à verser sur trois ans. Mais un dixième de cette somme seulement a été versé à ce jour, en deux tranches dont la dernière remonte à mai.

L’institution de Washington a indiqué qu’elle prévoyait de verser la troisième tranche "en mars", se félicitant d’avoir trouvé avec le gouvernement "un accord de principe sur un programme de réformes macroéconomiques et structurelles couvrant l’exercice budgétaire 2012".

Ses objectifs, a détaillé le FMI, sont d’améliorer la collecte des recettes fiscales, la gestion des finances publiques et le fonctionnement du système monétaire, bancaire et financier, de "renforcer les capacités institutionnelles pour mieux gérer les investissements publics", et de mener des réformes favorables à l’entreprise privée.

Haïti deux ans après : un pays en relèvement – Le directeur du CECI-Haïti de passage à Montréal

MONTRÉAL, le 15 déc. 2011 /CNW Telbec/ – Dans quelques semaines, nous nous rappellerons tous les terribles secondes qui ont changé le cours de l’histoire d’Haïti, et détruit tant de vies.  Pour le CECI l’heure est aux bilans, analyses et perspectives.

  • Du 7 au 20 décembre, le directeur du CECI-Haïti, Guypsy Michel, est de passage à Montréal et disponible pour rencontrer les médias intéressés par son analyse.

Au cœur de l’action

Aux lendemains du tremblement de terre du 12 janvier 2010, les Québécois et les Québécoises ont fait preuve d’une très grande générosité, mus par une solidarité spontanée.

Le CECI a été au cœur de l’action dès la première heure.  Il a recueilli les dons de plus de 40 mille donateurs et les a acheminés sur le terrain avec diligence et efficacité.  Fort d’une nombreuse et solide équipe de professionnels sur le terrain, et d’une histoire de plus de 40 ans en Haïti, le CECI a su canaliser les fonds et les énergies vers les priorités des Haïtiens et des Haïtiennes. Priorités identifiées par la population elle-même.  Une population que le CECI a su inclure à toutes les étapes du processus d’urgence, de reconstruction, puis maintenant de développement, par une approche dite d’« aide structurante »

Deux ans plus tard où en sont Haïti et l’aide internationale ?

Beaucoup de choses ont été dites et écrites.  Et il est vrai que sur le terrain les choses n’avancent pas toujours aussi rapidement qu’il serait souhaitable et que la population est essoufflée, parfois même exaspérée, d’une présence étrangère aussi dense que diversifiée.

Malgré tout, le CECI a réussi à aller de l’avant et à engager les fonds des donateurs, notamment du public canadienrapidement et avec rigueur, en rendant compte publiquement de ses actions, en toute transparence.

« Aussi justifiées que soient les critiques, prétendre qu’il n’y a pas eu de progrès relève de l’exagération et, dresser un tableau faussement négatif risquerait de détourner l’intérêt, l’attention et l’appui à ce pays en relèvement à un tournant critique de son histoire », déclarait le 30 novembre 2011, le représentant spécial adjoint des Nations unies, Nigel Fisher.

L’analyse du CECI à votre disposition

Ainsi, à la veille du deuxième anniversaire, le CECI tient à partager une fois de plus son analyse de la situation.  Paraîtra sous peu sur notre site Internet et à la demande le bilan de nos actions menées dans le cadre humanitaire depuis deux ans.  Nous ne sommes désormais plus à l’heure de l’urgence humanitaire mais bien à l’heure de l’urgence du développement.

Le CECI est à la disposition des médias pour répondre à vos questions et vous partager son analyse du terrain et ses perspectives pour le futur.  Le représentant de la région des Amériques et directeur en Haïti du CECI, Guypsy Michel, est de passage à Montréal jusqu’au 20 décembre.

Directeur du CECI-Haïti de passage à Montréal

Guypsy Michel compte plus de 25 années d’expériences dans le domaine du développement communautaire. C’est en 1989, après des études en agronomie, qu’il débute sa carrière au CECI en occupant successivement les postes d’agent de projet responsable des volets infrastructures rurales à Carice-Mont-Organisé (1989-1991) et de directeur technique (1994-1995). De 1995 à mars 2000, il fut le coordonnateur de programme d’appui au développement du CECI-Haïti spécialisé en protection des ressources naturelles, infrastructure et appui aux collectivités territoriales.  En avril 2000, il a assuré la coordination générale des projets gérés par le CECI-HAÏTI avec une forte implication dans les projets « Gouvernance locale dans le Nord-Est » financé par le FENU et « Appui technique pour la protection des parcs et des forêts dans le Sud-Est » financé par la Banque mondiale.

Guypsy Michel est depuis 2002 directeur du programme du CECI en Haïti, et assume depuis 2008 la fonction de directeur régional pour  toutes les Amériques.  Lors du tremblement de terre du 12 janvier 2012, il a/il était à Port-au-Prince.  Pendant les mois qui ont suivi, il a coordonné l’ensemble des actions humanitaires du CECI dans la région métropolitaine et dans les zones d’accueil des déplacés tout en s’assurant de la poursuite du programme régulier dans les autres régions.

M. Michel est reconnu pour avoir développé au cours de sa carrière une expertise en gestion des marchés publics, en développement rural, en animation et gestion de groupe de travail, en génie rural et en développement local.  Il détient de l’École nationale du Génie rural, des Eaux et des Forêts de Paris une maîtrise d’ingénieur civil du génie rural, des eaux et forêts, et de l’Université d’État d’Haïti une licence en Ingénieur Agronome.

Le CECI est une ONG de développement et de coopération internationale canadienne qui combat depuis 53 ans la pauvreté et l’exclusion des populations les plus marginalisées en Afrique, en Asie et dans les Amériques. Le CECI intervient en urgence humanitaire depuis 15 ans. Depuis le 12 janvier 2010, le CECI mène des activités d’aide humanitaire en Haïti, l’ONG a également des programmes dans 19 pays dans le monde.

Renseignements :

France-Isabelle Langlois
Coordonnatrice des Communications – Développement
514-774-7527 (cell)

Haïti : «dix étages de misères… avec plusieurs s!»

Yvon Dupuis et Ricardo Dorcal au Foyer Sacré-Cœur à Port-au-Prince

Yvon Dupuis et Ricardo Dorcal au Foyer Sacré-Cœur à Port-au-Prince

Hélène Ruel /Publié le 14 Décembre 2011

Voir la galerie d’images

Sympathisant de l’Association québécoise des Nations Unies (AQANU) Bois-Francs, le Victoriavillois Yvon Dupuis a, pour la première fois, accompagné Ricardo Dorcal pour un séjour d’une semaine à Port-au-Prince et à Pilate où l’organisme soutient financièrement des ressources et activités.

Et il en est revenu avec un «Oh, là, là!», comparant le pays à «dix étages de misères avec plusieurs s!».

«On dit qu’une image vaut mille mots… et il me faudrait mille images pour décrire le pays. Près de deux ans à la suite du séisme, Port-au-Prince se compare encore à l’enfer où rien ne paraît avoir été reconstruit et où on a le sentiment que le gouvernement n’y est pas.»

La capitale ne dispose d’électricité que deux heures par jour, la saleté court les rues et la place du Champ-de-Mars est jonchée de tentes, pour ne parler que de ce lieu. Le séisme a détruit la prison, les brigands sont dehors à profiter de toutes les occasions, décrivent les deux Victoriavillois.

L’AQANU donne un coup de pouce au Foyer Sacré-Cœur lequel abrite, au cœur de Port-au-Prince une vingtaine de vieilles dames abandonnées, esseulées, des «petites dames de 75 livres», comme les dépeint M. Dupuis. «J’ai craqué!», dit-il, recommandant aux cœurs tendres de s’abstenir de les visiter.

Le Foyer, qui ressemble davantage à un «garage», selon M. Dupuis, devrait faire bientôt l’objet d’un chantier de rénovation, ses murs et ses planchers étant lézardés depuis le séisme. L’AQANU s’est engagée à verser 11 000 $ pour ces travaux.

À Pilate, «village» de 65 000 habitants situé dans les montagnes, Yvon Dupuis a découvert un autre «monde» où la pauvreté est manifeste, mais où l’on peut marcher en toute sécurité dans l’unique rue. L’arrivée de Ricardo est toujours accueillie avec plaisir et gratitude, observe Yvon Dupuis. «Il avait l’air d’un missionnaire à distribuer ses liasses de dix gourdes aux écoliers (une gourde vaut 0,25 $) pour qu’ils puissent s’acheter des friandises.»

Au moins deux fois par année, Ricardo retourne dans son pays d’origine, afin d’assurer le suivi des projets que finance l’AQANU des Bois-Francs.

Pour ce séjour, le coopérant s’est fait précéder d’un conteneur de sacs d’école, de chaussures et de cadres pour les diplômes des gens de Pilate ayant achevé leur programme d’alphabétisation. «On a assisté à la remise des diplômes, avec parade et fanfare, une activité organisée pour sensibiliser les jeunes et les adultes à l’importance d’apprendre à lire, à écrire, à compter», souligne Ricardo.

Depuis le séisme de janvier 2010, l’AQANU des Bois-Francs a offert une aide financière totalisant 75 000 $. C’est sans compter les dons matériels ainsi que la contribution de 75 000 $ des 300 000 $ du programme d’alphabétisation à Pilate, le reste étant financé par l’ACDI.

«Ce programme de trois ans prend fin en mars prochain. Il faudrait qu’il soit renouvelé pour éviter la régression», dit M. Dorcal. Il précise que par ce programme, non seulement jeunes et adultes apprennent à lire et écrire, mais se forment aussi au respect de l’environnement et aux droits humains.

Un autre projet est en train de germer à Pilate, que l’AQANU Bois-Francs présentera à l’ACDI, celui de construire des latrines (toilettes sèches) pour enrayer la propagation du choléra. «Au moins 90% de la population n’a pas de latrines et fait ses besoins à droite et à gauche, parfois tout près de cours d’eau. Et les vendeurs partent de Pilate en transportant leurs marchandises… et la maladie avec eux dans d’autres villages.»

On estime que le projet de latrinisation nécessiterait des investissements de 1,2 million $. «Si l’on ne peut obtenir tout le financement, on pourrait tout au moins le réaliser par étapes», note encore M. Dorcal.

De leur séjour d’une semaine, les deux Victoriavillois en sont revenus avec la sempiternelle question. «Comment se fait-il qu’un pays de l’Amérique, si près de nous, soit si différent?», résume Yvon Dupuis. Et il s’étonne que même si aucun ministère ne fonctionne, les Haïtiens attendent toujours de leur État qu’ils fassent quelque chose pour eux. «Il n’y a aucun plan directeur», conclut Ricardo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :