mardi 20 décembre 2011

20 Déc

Le CARLI indigné de voir le dictateur Duvalier pris comme modèle par des étudiants en droit

P-au-P, 19 déc. 2011 [AlterPresse] — Le Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles (CARLI) s’indigne et dénonce le « comportement scandaleux » du décanat de la faculté de droit des Gonaïves (nord) et des étudiants finissants qui ont fait choix du dictateur Jean-Claude Duvalier comme « parrain de promotion », d’après une note transmise à AlterPresse, ce 19 décembre 2011.

Cet acte vise « à réhabiliter l’ancien dictateur » et « constitue, à bien des égards, un affront et un avilissement pour les milliers de compatriotes qui ont connu les atrocités du régime des Duvalier », selon la note du CARLI.

Le dictateur a été choisi comme « parrain » de la promotion sortante Robert Blanc de la faculté de droit des Gonaïves. La cérémonie de graduation a eu lieu le vendredi 16 décembre 2011 dans la ville des Gonaïves.

Dans son allocution de circonstance, Jean-Claude Duvalier, en exprimant sa reconnaissance envers les étudiants, a qualifié son choix de « parrain de promotion » de « geste courageux et réfléchi. »

Joseph Mécène Jean-Louis est le doyen de l’école de droit et des sciences économiques des Gonaïves depuis la mort de l’avocat Hugues Saint-Pierre en 2007.

« Comment des étudiants en droit, des responsables de faculté de droit peuvent-ils ignorer les principes élémentaires en matière de droits humains et vouloir du même coup institutionnaliser l’impunité à l’instar de nos dirigeants politiques ? » se questionne l’avocat Renand Hédouville, secrétaire général du CARLI.

Lors de son discours, Duvalier ne s’est pas gêné pour saluer la mémoire de jeunes assassinés par son régime.

« En effet, je pense à Jean-Robert Cius, Michelson Michel et Daniel Israel tombés presqu’au seuil de l’adolescence. Souffrez un instant que je vous demande d’observer avec moi une minute de recueillement en leur mémoire », a déclaré le dictateur dans un élan lyrique.

Pour Renand Hédouville, secrétaire général du CARLI, cet acte « est insultant et provocateur ».

« Comment peut-il se recueillir à la mémoire des victimes alors que les auteurs de ce triple assassinat travaillaient à la solde de son régime et en conséquence il était responsable pénalement ? », s’interroge le CARLI.

L’assassinat, en novembre 1985, de ces trois élèves par les hommes de Duvalier aux Gonaives a donné le coup d’envoi d’une série de manifestations qui ont abouti au renversement de « Baby doc » et son départ pour l’exil le 7 février 1986.

Depuis son retour en Haïti, le 16 janvier 2011, plusieurs voix nationales et internationales se sont élevées pour réclamer le jugement de l’ancien président auto-proclamé à vie pour détournements et vols de fonds publics ainsi que crimes contre l’humanité.

« Les crimes contre l’humanité caractérisés par des cas de disparitions, de tortures, de viols, d’exécutions sommaires constituent des crimes internationaux et sont imprescriptibles », rappelle le CARLI.

Depuis le 24 mars 2011, le dictateur Jean Claude Duvalier avait été assigné à résidence. Cette décision de justice prise par le juge Carvès Jean limitait les déplacements de « Baby doc » à la capitale et ce dernier ne pouvait recevoir chez lui qu’à des heures précises.

Cent cinquante-cinq kilomètres séparent la ville des Gonaïves de Port-au-Prince. [efd kft gp apr 19/12/2011 14:00]

Fin du procès des policiers accusés d’avoir tués des prisonniers aux Cayes … et le juge “disparait” …

imageLe verdict du procès, des policiers accusés d’avoir assassiné des détenus lors d’une tentative d’évasion de la prison civile des Cayes n’est toujours pas connu, Plusieurs jours après la fin des audiences.
Le procès s’est achevé mercredi dernier et selon la loi pénale, le verdict doit être annoncé dans les 72 heures qui suivent sa tenue.
Selon l’agence Associated Press, le juge, Ezekiel Vaval, en charge de l’affaire devait se rendre à New York durant le week-end afin de rédiger le verdict. Il avait indiqué craindre pour sa vie s’il demeurait en Haïti. On est depuis lors sans nouvelle.
Rappelons que 32 policiers sont accusés d’avoir abattu une dizaine de prisonnier le 19 janvier 2010 alors que ceux-ci tentaient de s’évader.
Soulignons que 21 agents sont toujours en cavale et n’ont donc pas participé au procès.
EJ/Radio Métropole Haïti

Projet de libre échange entre Haïti et la République dominicaine

20/12/2011 07:06:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le ministère dominicain du commerce et de l’industrie a laissé entendre dimanche qu’Haïtiens et Dominicains se préparent à débattre en 2012  du dossier du marché libre  entre Haïti et la République Dominicaine.
Des sénateurs de six provinces frontalières ont récemment soumis au congrès dominicain une proposition de résolution concernant la signature d’un traité de libre commerce entre les deux pays.
Le document conçu par le représentant d’Elias Piñas, Adriano Sanchez Roa, a estimé que les conditions sont reunies  pour initier le flux ouvert de biens et de services de produits sur l’île.

Ledit document invite le pouvoir exécutif dominicain à mener les actions susceptibles de permettre aux autorités des deux pays de mettre sur pied le projet qui
profitera d’abord aux producteurs et consommateurs dominicains et haïtiens.
"Nous pourrions nous convertir en premier partenaire commercial d’Haïti et profiter du marché haïtien de9.800 000 habitants.", a indiqué Adriano Sanchez Roa, precisant que pour le moment, le projet est à une phase d’analyse avant les recommandations des spécialistes du ministère des relations extérieures dont le Sénat a sollicité la collaboration.
Selon ds informations, le président de la commission des affaires étrangères du Sénat dominicain, a présenté le projet de résolution à un groupe de sénateurs haïtiens qui étaient récement en visite au congrès dominicain.
Il  a donné l’assurance à ses homologue haïtiens que le document sera présenté au président dominicain Leonel Fernandez accompagné de chacun des critères techniques qu’une relation de libre commerce doit contenir.

AHP

Martelly inaugure la salle de départ de l’Aéroport international Toussaint Louverture

20/12/2011 09:06:45

Haïti - Aéroport : Martelly inaugure la salle de départ de l'Aéroport international Toussaint LouvertureHier lundi, le Président de la République, Michel Martelly, a inauguré, la salle de départ de l’Aéroport international Toussaint Louverture, complètement rénovée dans le cadre des travaux de réhabilitation effectués dans cette institution publique et dont le financement est consenti par l’État haïtien à hauteur de 4,3 millions de dollars.
"…je n’ai pas besoin de vous dire combien je suis fier de vous, vous ne travaillez pas parce qu’il n’y a pas de travail, mais vous pouvez travailler vous savez travailler […] je voudrais dire à tout les ouvriers qui ont travaillé sur ce chantier, au chef de Panexus, à Miyamoto… je veux vous dire que le pays est fier de vous…" a déclaré à l’occasion Michel Martelly.
Cette cérémonie qui s’est déroulée en présence, entre autres, de la Ministre du Tourisme, Mme Stéphanie Balmir Villedrouin, du Sénateur du Centre, M. Desra Simon Dieuseul et du Maire de la commune de Delmas, M. Wilson Jeudy, a été l’occasion pour le Chef de l’État de vanter la qualité de l’ouvrage remis par les responsables des compagnies en charge du chantier. Il a particulièrement remercié les ouvriers, présents en grand nombre pour la circonstance, qui ont mis leur savoir-faire au service de la reconstruction de leur pays.

Le Président Martelly qui promet aussi d’étendre ces travaux de réhabilitation au Commissariat de Police de l’Aéroport qualifie de symbolique l’achèvement de la première phase du projet qui doit déboucher sur un bâtiment moderne devant faire la fierté de chaque haïtien. « La qualité de ce travail prouve effectivement que nous pouvons faire de grandes choses avec nos propres moyens », s’est réjoui le Président de la République.
Lire aussi :

http://www.haitilibre.com/article-4219-haiti-reconstruction-plus-de-4-millions-de-dollars-de-travaux-a-l-aeroport-international.html
HL/ HaïtiLibre

EDH : 40 ans après, une entreprise techniquement en faillite

P-au-P, 20 déc. 2011 [AlterPresse] — Le nouveau directeur général de l’Electricité d’Etat d’Haïti, Garry Valdemar, declare que l’entreprise qu’il dirige est techniquement en faillite quarante ans après sa création.

L’EDH, devenue de façon juridique un organisme d’Etat à caractère commercial et industriel à partir du décret du 9 août 1971, a été créée avec l’objectif de produire, transporter, distribuer et commercialiser l’électricité à travers le pays.

« Cette entreprise fournit en moyenne 16 à 17 heures d’électricité par jour, pourtant sur le plan financier la situation est catastrophique. Pour l’exercice qui vient de prendre fin le 30 septembre de l’année 2011 les pertes sont énormes pour l’entreprise », explique le directeur Garry Valdemar, lors d’une conférence de presse le 19 décembre.

L’EDH avait démarré avec un seul central hydro-électrique, le lac artificiel de Péligre qui fournissait de l’énergie pour tout le pays, soit en moyenne 54 mégawatts d’électricité par jour. Mais depuis les deux dernières décennies la consommation en électricité de la population tend à augmenter.

Pour répondre à la demande grandissante, les responsables de l’EDH se sont tournés vers des fournisseurs d’énergie locaux, à l’image de Epower et la Sogener.

« Le revenu de l’EDH atteint près de 6 millions de dollars américains par mois alors que les dépenses gravitent autour de 17 millions de dollars américains par mois, ce qui représente près de 11 millions de dollars de déficits [mensuels] pour l’entreprise », poursuit Valdemar.

« Généralement c’est le trésor public qui permet à l’EDH d’absorber ses pertes. Car, dans l’exercice récent, le trésor public a comblé le déficit de l’EDH à hauteur de 3.6 milliards de gourdes, ce qui représente 90 millions de dollars américains », ajoute-t-il.

Garry Valdemar annonce pour cela diverses mesures visant notamment à traquer la corruption au sein de l’administration de l’EDH.

La réhabilitation de lignes d’alimentation ciblées en distribution, la mise en œuvre d’une stratégie de lutte contre la fraude, l’amélioration des systèmes de gestion commerciale, financière et technique, des processus d’approvisionnement, et l’amélioration et la mise en application des politiques et procédures financières, sont autant d’actions prévues, selon Valdemar. [jep kft gp apr 20/12/11 09:15]

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :