vendredi 20 janvier 2012

20 Jan

Haïti – Diplomatie :

Désignation de 11 nouveaux diplomates

20/01/2012 13:29:36

Haïti - Diplomatie : Désignation de 11 nouveaux diplomatesHier le Président de la République, Michel Martelly a désigné 8 Ambassadeurs, 2 Consuls généraux et un Représentant Permanent au sein de la mission d’Haïti aux Nations Unies. Maintenant, les 11 désignés devront faire le dépôt de leur pièces à la commission des affaires étrangères du Sénat, dont le sénateur Wencesclass Lambert est le Président, pour étude et ratification, ensuite ils devront obtenir l’agrément des pays auprès desquels ils sont accrédités avant de prendre fonction.

Le processus de ratification a commencé hier jeudi avec le dépôt des pièces de l’ambassadeur désigné pour le Panama, Alix Balmir, père de Stéphanie Balmir Villedrouin, la Ministre actuelle du Tourisme. M. Balmir a par le passé occupé différents postes diplomatiques notamment en Espagne et en Colombie.

Les autres personnalités sont, Paul Altidor, pour le poste d’Ambassadeur d’Haïti à Washington (USA), l’homme d’affaire Frantz Liautaud, et actuel Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Haitiano-canadienne (CCIHC) pour le Canada, Ottawa, Harvel Victor Jean-Baptiste pour le Chili, Ralph Latortue pour les Bahamas, M. Latortue est l’ex-consul d’Haïti à Miami, Lesly David pour le Venezuela, Antonio Rodrigue au Japon. L’Ambassadeur Guy Lamothe, actuel directeur du Centre de Facilitation des Investissements (CFI), retrouvera son poste au Mexique.

Jean Wesley Cazeau a été désigné Représentant Permanent au sein de la mission d’Haïti au Nations Unies, à New-York (USA).

Guillaume François a été désigné comme consul général à Miami (USA) et Charles Antoine Forbin comme consul général ai à New York (USA).

En décembre, Laurent Lamothe le Ministre des Affaires Étrangères et des Cultes avait déclaré à propos du profil des Ambassadeurs «…le profil des Ambassadeurs changera et passera d’un profil plutôt de diplomate à un profil assez agressif, un profil universitaire avec maitrise, un profil d’entrepreneur, d’homme d’affaires, pouvant attirer l’investissement, des gens qui ont l’habitude de travailler dans le matchmaking dans le networking à travers le monde pour que la promotion d’Haïti se fasse de manière digne et de manière à rendre chaque Haïtien fier. Ceci devrait encourager l’investisseur à venir investir ici en Haïti »

HL/ HaïtiLibre

Haïti – Économie :

Budget 2011-2012 de la République d’Haïti, 119.6 milliards de gourdes

20/01/2012 08:29:02

Pour la deuxième année, le Budget de l’État Haïtien dépasse la barre des 100 milliards de gourdes. Pour l’année fiscale 2011-2012, l’avant-projet de loi sur le budget, s’établit à 119.8 milliards de gourdes (± 3 milliards de dollars), une hausse de 11% sur le budget 2010-2011 qui s’élevait à 106.3 milliards de gourdes http://www.haitilibre.com/article-1636-haiti-economie-le-budget-2010-2011-depend-a-66-de-l-aide-internationale.html Cet avant projet va être maintenant soumis au Parlement ou il sera débattu, probablement modifié, avant d’être voté.

M. Lemercier Georges, le Ministre de l’Économie et des Finances a signalé que d’importants changements avait été apportés dans l’élaboration de ce budget, qu’il est décentralisé avec des allocations par département. Il a fait savoir que dans le budget 2011-2012, la réduction de la pauvreté à travers des programmes sociaux, l’augmentation de la capacité de travail et de l’entrepreneurship des jeunes, le développement de l’emplois sont des objectifs ciblés. En terme d’emploi il affirme qu’« une croissance de l’emploi de 9% est envisageable ». De plus, le Ministre a assuré, que des dispositions seront prises en vue d’instaurer un État de droit dans le pays, qui permettra à la population d’avoir accès aux services de base, de bénéficier d’une justice équitable et d’évoluer dans des conditions sécuritaires sur tout le territoire.

Ce jeudi, le Ministre de l’Économie et des Finances, lors d’une rencontre avec le secteur privé, la société civile et des membres du Parlement, a présenté le budget de la République pour l’année fiscale 2011-2012 «… en générale les gens considèrent le budget comme un instrument au service de l’État et qu’il n’existe que pour l’État, alors qu’à travers le budget, l’État prend des décisions pour permettre à ses agents, donc aux citoyens de savoir ce qu’il fait. L’idée aujourd’hui, c’était d’ouvrir un espace de communication avec le secteur des affaires, qui est le secteur principalement concerné dans le cadre de la mise en œuvre du budget. De leur dire voilà, nous sommes en train d’élaborer un budget qui va être déposé au parlement, vous êtes partie prenante de l’exécution de ce budget, vous êtes partie prenante des décisions qui vont être prises, essayez de nous informer car nous devons travailler ensemble. On lance l’idée, on leur dit : quand le Président dit que c’est un partenariat public-privé ce n’est pas simplement un mot […] c’est dans ce cadre là que je me suis présenté, pour les informer sur les orientations qu’on va mettre dans l’avant projet de loi sur le budget qui est en discussion et, à ce moment là, ils sont au courant, ils pourront nous faire des remarques, des considérations que nous pourrons prendre en compte ou pas, mais on sait qu’il y aura une certaine concertation […] »

L’économiste Kesner Pharel a qualifié « d’historique » cette démarche, dans la mesure où le secteur des affaires et la société civile « ont déjà une idée raisonnable du budget et peuvent même élaborer des propositions. »

PI/ HaïtiLibre

Elections 2011

La commission sénatoriale rend son verdict

Haïti - Justice : Gaillot et les Conseillers du CEP bientôt devant la justice ?Huit mois après sa formation, la commission sénatoriale chargée d’enquêter sur les fraudes et scandales ayant marqué le dernier processus électoral en Haïti a présenté son rapport. Un rapport qui, comme une patate chaude, divise les sénateurs au seuil d’une nouvelle session qui devrait déboucher sur un nouveau scrutin sénatorial. La première séance sur le rapport a été houleuse, jusqu’à l’infirmation du quorum par certains sénateurs insatisfaits du déroulement des débats.

Entre les Pro-Célestin et les nouveaux « Mickistes », la bataille est lancée au grand corps depuis que ce rapport sénatorial a estimé que les élections présidentielles et législatives organisées en novembre 2010 et en mars 2011 étaient « un immense gâchis ». Faut-il alors dire que ces élections étaient invalides et que les autorités qui en ressortent ne sont pas légitimes ? C’est la question que s’est vite posée le sénateur Kelly Bastien. Mais son collègue Youry Latortue, chef d’orchestre de la commission, s’est vite évertué à faire la différence entre une enquête législative et une enquête judiciaire. Le Sénat n’est pas compétent pour invalider une élection.

La commission réclame des poursuites judiciaires contre Gaillot Dorsinvil et consorts et rend Edmond Mulet, ex-chef civil de la mission onusienne, responsable du rejet du candidat de Inite, Jude Célestin au premier tour, au profit du chanteur Michel Martelly. Des révélations fracassantes émanant du chef de cabinet de l’ex-président du Conseil électoral provisoire, Serge Audate font croire que Monsieur Mulet aurait exigé l’éviction de Jude Célestin suite à la tenue du premier tour des présidentielles. Tandis que les grandes voix de Inite clamaient dans la presse, une victoire au premier tour de leur candidat à la présidence, le représentant du secrétaire général des Nations-unies en Haïti avait clairement dit aux conseillers électoraux que l’international n’entendait pas digérer même une admission au second tour du candidat du pouvoir.

Quant aux conseillers électoraux eux-mêmes, frappés d’interdiction de départ et d’une mesure d’assignation à résidence surveillée pour certains, la commission maintient comme chef d’accusation : « violation de la loi électorale, crimes contre la Constitution, abus de pouvoir, fraude électorale et détournement du vote populaire». La commission juge fondées « les graves présomptions de corruptions qui pèsent sur les membres du CEP », puisque les élections s‘étaient tenues au grand mépris des droits civils et politiques de la population haïtienne.

Certains partis et candidats habituellement présents dans les compétitions électorales ont été écartés par le Conseil électoral, déplore la commission mentionnant les partis tels que la Fanmi Lavalas, l’UNCRH et le KOMPA. Dans la foulée de ces injustices faites à certains acteurs politiques, le Conseil de Gaillot Dorsinvil a aussi favorisé certaines formations politiques notamment dans le choix des membres du personnel électoral. Dans les bureaux de vote aussi bien que dans les centres d’opération et de vérification, un parti était visiblement dominant, selon la commission.

La commission recommande entre autres l’amendement de la loi électorale pour y introduire désormais un taux de participation dont dépendra la validité des élections. Le rapport invite aussi le CEP à prendre les mesures nécessaires en vue de porter la population à prendre le chemin des urnes. Des dispositions doivent aussi être prises en vue de contrôler les dépenses des candidats, de limiter le coût des élections et d’éviter la violence tant au cours de la campagne que pendant la journée électorale. La commission menée par Youry Latortue réclame aussi le vote d’une loi sur les commissions d’enquête sénatoriale. La commission devrait peut-être noter que le problème du faible taux de participation aux élections n’est pas spécifique à Haïti.

Cette commission sénatoriale était composée de six sénateurs de tendances différentes. Alors que Wencesclass Lambert, Moïse Jean-Charles et Evalière Beauplan provenaient du groupe des 16, formé majoritairement d’anciens candidats de la plateforme Lespwa / Inite. La minorité était représentée par Michel Clérié, Jean William Jeanty et Youri Latortue. On notera dans chacun des groupes des particularités conjoncturelles, comme les cas de Moïse Jean Charles et de William Jeanty qui sont catalogués le plus souvent comme des Anti-Martelly. Et ceux de Michel Clérié et Wencesclass Lambert ou même de Youry Latortue plutôt complaisants par rapport à la présidence.

Le sénateur Moïse Jean-Charles est le seul membre de la commission à n’avoir pas signé le rapport. Engagé dans une grande croisade en faveur de la destitution du président Martelly en raison de sa double nationalité américaine et italienne, le sénateur pourrait pourtant trouver dans ce rapport une nouvelle raison de remettre en question la légitimité du chef de l’état. Mais le sénateur a tout bonnement refusé d’endosser ce rapport. Le sénateur que nous avons vainement tenté de rejoindre au téléphone au moment de rédiger cet article, n’a pu nous expliquer sa position par rapport au document final de la commission.

En décembre dernier deux conseillers électoraux ont été bloqués à la dernière minute à l’aéroport de Port-au-Prince tandis qu’ils s’apprêtaient à partir pour les Etats-Unis. Le commissaire du gouvernement d’alors Me Lionel Constant Bourgoin a dû se rendre en catastrophe à l’aéroport, sur l’insistance de l’exécutif. La présidence a ensuite procédé à la dissolution du Conseil électoral dirigé par Gaillot Dorsinvil et ordonné la remise du matériel mis à la disposition des conseillers. Depuis l’arrivée de Me Jean Rénel Sénatus à la tête du parquet de Port-au-Prince, l’affaire Gaillot Dorsinvil semble connaitre un moment de répit…… qui ne devrait pas durer.

Eddy Laguerre
edgu85@yahoo.fr
 
 
Haïti – Justice :

Verdict du procès des Cayes

20/01/2012 13:53:40

Haïti - Justice : Verdict du procès des CayesHier jeudi, suite au procès ouvert le 18 octobre 2011, contre 13 policiers et des responsables des services pénitenciers haïtiens, jugés pour la mort d’au moins 11 détenus suite à l’émeute qui avait éclaté, le 19 janvier 2010, à la prison des Cayes, lorsque plus de 400 prisonniers, terrifiés par des répliques sismiques, avaient tenté de s’évader, le juge Ézékiel Vaval a condamné 7 policiers à des peines d’emprisonnement allant de 2 à 13 ans de travaux forcés, les accusés risquaient la prison à perpétuité. Le juge Vaval a également conclu à l’innocence de six autres policiers. De plus 21 agents ayant quitté le territoire haïtien seront jugés par contumace.

« La décision d’un juge est l’expression de la vérité. Il existe d’autres versions, mais celle-ci est la mienne. Et c’est la loi » a déclaré le juge Vaval lors de son prononcé.

Lors du procès les avocats de la défense avaient plaidé que les policiers avaient tenté de mettre fin à une émeute dans un contexte difficile, ignorant d’où provenaient les tirs et affirmant que certaines victimes pourraient avoir été tuées par d’autres détenus.

PI/ HaïtiLibre

Haïti/Diplomatie :

Le ministre des Affaires étrangères devra se rendre en Europe ce vendredi

jeudi 19 janvier 2012 à 18:55

LAURENT LAURENTLe ministre des Affaires étrangères  sera en mission en Europe, à partir de ce vendredi 20 janvier 2012. Une mission qui le conduira en France, en Suisse, en Belgique, puis en Irlande.

Pour la France où plus de 40 rencontres sont prévues avec le ministre des Affaires étrangères et des grands chefs d’Entreprises françaises, le ministre Laurent Lamothe sera accompagné d’une importante délégation composée de ministres et des dirigeants du secteur privé des Affaires.

Une présentation des opportunités d’investissement en Haïti sera faite aux investisseurs français notamment ceux du mouvement des entreprises françaises, a fait savoir Laurent Lamothe.

Ensuite, le chef de la diplomatie haïtienne rejoindra le président Michel Martelly en suisse pour participer au forum économique mondial de Davos où le chef de l’Etat aura à prendre la parole. Après sa participation au forum de Davos, Laurent Lamothe se rendra à Bruxelles, puis en Irlande.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a annoncé l’arrivée en Haïti de la présidente brésilienne Dilma Rousself, le premier février prochain.

 

Haïti-Nationalité de Martelly :

Le sénateur Lambert met en garde contre toute « spéculation »

P-au-P, 19 janv. 2012 [AlterPresse] — Le sénateur Joseph Lambert, président de la Commission spéciale sénatoriale chargée d’enquêter sur la nationalité des hauts dignitaires de l’État, met en garde contre toute spéculation en attendant l’aboutissement de l’investigation en cours.

« Aucune spéculation n’est possible », déclare-t-il lors d’une rencontre des membres de la commission avec la presse le 18 janvier pour présenter un premier bilan de leurs travaux.

L’enquête concerne trente neuf personnalités de l’Etat, parmi lesquels figurent le président Michel Martelly, le premier ministre Garry Conille, ainsi que les ministres et secrétaires d’Etat.

« La commission n’a aucun état d’âme (…) c’est la finalité de l’enquête qui déterminera le sort des responsables qui sont détenteurs de double ou triple nationalité ; chacun subira les conséquences de ses actes », affirme Lambert.

La commission qui travaille depuis environ deux semaines détient un mandat valide de trois mois émané de l’assemblée des sénateurs pour vérifier les allégations concernant les personnalités de l’Etat qui jouissent d’une ou de plusieurs nationalités étrangères.

La constitution haïtienne exige que le président de la république et le premier ministre soient des Haitiens d’origine qui n’ont jamais renoncé à leur nationalité.

Depuis plusieurs semaines, le sénateur Moise Jean-Charles ne cesse de dénoncer la double ou la triple nationalité présumée du chef de l’État.

Jean-Charles a déposé par devant la commission « un document faisant référence à l’éventuel triple nationalité du chef de l’état, en donnant deux numéros de passeport dont l’un serait un numéro de passeport américain », indique le sénateur Steeven Benoit, membre de la commission.

Joseph Lambert n’écarte pas « la possibilité d’effectuer des voyages dans d’autres pays pour consulter le point de vue d’autres collègues parlementaires sur la ténacité de ces informations et même des institutions qui peuvent apporter leur contribution dans l’aboutissement de l’enquête ».

Des démarches sont en cours actuellement auprès des ambassades et des organismes internationaux, informent les membres de la commission. [jep gp apr 19/01/12 16:00]

 

La justice haïtienne rappelle à Baby Doc son assignation à résidence

  • Après 25 années d'exil en France, Jean-Claude Duvalier... (Photo: Hector Retamal, AFP)

Après 25 années d’exil en France, Jean-Claude Duvalier est retourné en Haïti en janvier 2011.

Photo: Hector Retamal, AFP

Agence France-Presse
Port-au-Prince, Haïti

L’ancien président haïtien Jean-Claude Duvalier a été convoqué vendredi par un juge qui lui a rappelé qu’il était soumis à une assignation à résidence lui interdisant de quitter Port-au-Prince, a indiqué à l’AFP un de ses avocats, Reynold Georges.

«Le juge d’instruction Jean Carvès a demandé au président Duvalier de rester paisible dans les limites de Pétion-ville», dans la banlieue est de la capitale, a déclaré Me Georges.

L’avocat a ajouté que le juge était «sous pression des organisations de défense des droits de l’homme qui confondent la justice avec la haine et la vengeance».

Une assignation à résidence avait été ordonnée en mars dernier contre l’ancien dictateur. Mais ces dernières semaines, l’ancien président à vie a multiplié les déplacements à travers le pays. Il a même été choisi par des étudiants en droit comme parrain de promotion, au grand dam d’anciennes victimes de son régime.

«À chaque fois que le président se déplace, il attire beaucoup de monde et de plus en plus de partisans, ça gêne certains secteurs politiques», a admis Me Georges.

Le juge Carvès, chargé d’enquêter sur les plaintes de crimes contre l’humanité déposées contre Jean-Claude Duvalier, devrait rendre sous peu son ordonnance finale, ouvrant sur d’éventuelles poursuites de l’ancien dictateur.

«Bientôt, M. Duvalier sera fixé sur son sort», a récemment déclaré dans la presse le juge Carvès.

«J’ai déjà dit que Jean-Claude Duvalier sera blanchi de toutes ces allégations fantaisistes», a affirmé Me Georges. «Les crimes qui lui sont reprochés sont prescrits sur une période de dix ans».

Après 25 années d’exil en France, Jean-Claude Duvalier est retourné en Haïti en janvier 2011.

La justice haïtienne poursuit déjà Baby Doc pour corruption et détournements de fonds, tandis que plusieurs plaintes pour crimes contre l’humanité ont été déposées par d’anciens opposants du régime renversé en 1986 par un soulèvement populaire.

 

Haïti-Logement :

Le programme "400 pou 100", 7 mois plus tard (PHOTOS + VIDEO)

Les travaux de construction du programme de logement "400 pou 100" dans la zone des Zorangers avance à grands pas en dépit d’un énorme retard, a constaté Haïti Press Network.

Lancé le 15 juin 2010, ce programme avait pour objectif de construire 400 maisons en 100 jours. 7 mois plus tard, les travaux sont achevés dans seulement 140 maisons, tandis que les autres sont encore en construction, a fait savoir un ingénieur rencontré sur les lieux par HPN.

Dans les jours à venir, on apprend que le président de la république, Michel Martelly, va venir inaugurer les lots de maisons construites.

Plusieurs firmes avaient participé à l’appel d’offres lancé par le FAES (Fonds d’assistance économique et sociale) lors des lancements des travaux. "Food for the poor", l’une des entreprises ayant des contrats de construction pour les 400 maisons, a fini avec les travaux pour les 100 premiers maisons.

La construction de ces 400 maisons entre dans le cadre du programme de soutien au plan d’intervention dans le secteur de l’habitat (SPISH). Ce programme est placé sous la direction du FAES et financé par la BID (Banque Interaméricaine de Développement) par un don de 30 millions de dollars.

Texte et Photos : Fédrick Jean Pierre
Vidéo : Ducarmel Lindor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :