Archive | DEBATS / ANALYSES / DOCUMENTS / OPINIONS RSS feed for this section

INTERNATIONAL CRISIS GROUP: HAITI 2010 ELECTIONS

30 Oct

Haiti: The Stakes of the Post-Quake Elections

Latin America/Caribbean Report N°35 27 Oct 2010

TO READ THE FULL REPORT, CLICK THE FOLLOWING LINK:

 http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/latin-america/haiti/35%20Haiti%20-%20The%20Stakes%20of%20the%20Post-Quake%20Elections.ashx

EXECUTIVE SUMMARY AND RECOMMENDATIONS

Haiti votes in a month’s time – on 28 November 2010 – for a new president and nearly an entire legislature in perhaps the most important elections in its history. The government that emerges will need to manage a major part of the decade of recovery from the worst disaster ever in the Western Hemisphere. To do so, it requires the legitimacy that can only come from credible elections. But the historical obstacles – such as low turnout, suspicion of fraud and campaign violence – not only persist but have been greatly exacerbated by the 12 January earthquake that killed a quarter million people and left the capital in ruins and its government in disarray, as well as by the current outbreak of cholera. Polarising politics and a body organising the balloting that lacks full public confidence in its integrity add to the challenge. If the electoral process is to be as transparent, non-violent and widely participated in as it needs to be, the government must meet a higher standard than ever before, and the UN, regional organisations and donors like the U.S., Canada, the EU and Brazil must urgently press for this and expand support.

The task was daunting even before the earthquake destroyed infrastructure and created 1.5 million internally displaced persons (IDPs). Three quarters of the population lived in poverty, most urban income earners relied on the informal economy, and the inequalities of the elite-dominated society were the most glaring in the hemisphere. The weak institutional infrastructure was reflected in the protracted makeshift status of the Provisional Electoral Council (Con­seil Electoral Provisoire, CEP); a ramshackle political system featuring scores of parties unable to generate coherent policy choices for voters; an often corrupt judiciary and limited public security. Unresolved discord between the executive and opposition parties over the CEP’s composition and perceived bias in favour of outgoing President René Préval adds to the credibility challenge. All this lies at the root of a perpetual crisis of confidence in the electoral process. The tragic earthquake produced neither the change in the “all or nothing” style of politics nor the broad national consensus on reconstruction that would have eased the way to elections.

The parties and candidates, with international technical and financial assistance, are struggling to energise and enable 4.5 million citizens to vote, some who have lost their identification cards, and many of whom are among the IDPs living in spontaneous and insecure camps. Recovery has stalled at the relief stage, donors have been slow to make good many of their pledges, and what achievements there have been have not been well communicated to the victims, who have little confidence about what comes next. The threat of social unrest is thus real. While the UN peacekeeping mission (MINUSTAH), is a barrier to any major national disorder or direct attack on the electoral machinery, violent crime, including kidnapping, has risen in recent months, as gangs, some of whose members escaped jail during the quake, have reappeared. The fear of violence against candidates and campaign activities is palpable in parts of the country.

To boost confidence in the process, a great deal must be done in a very short time. The CEP’s actions need to be more open and those actions to be explained better to the parties and the electorate. The parties should commit to a peaceful campaign and to acceptance of the eventual results, and they and their candidates should begin to articulate substantive platforms that address national problems. To stimulate turnout, voter and civic education about the process and the stakes should be intensified, particularly among IDPs. The government and its international partners should accelerate the deployment of observers in far larger numbers than currently envisaged. And, of course, a climate of security must be maintained.

Once the elections are over and parallel to the new government’s priority task of pushing reconstruction and sustainable development, a national consensus will be needed on electoral and political party reforms. Donor financial and technical support will continue to be essential to carry these out. But the urgent requirement is to succeed with the November elections.

Reconstruction and political stability are mutually reinforcing, but the failure of either undermines the other. Haiti’s population needs to see significant steps in the next month, so that all eligible citizens can vote, their ballots are counted, and their choice of the next government accelerates a reconstruction that improves their lives and their families’ future. If the elections fail on these fronts, it is all too likely that stability will suffer, the investments the economy needs will dry up, and the humanitarian crisis will deepen. The government, the political parties and the international community must do all in their power to ensure such a scenario does not come to pass.

RECOMMENDATIONS

To the Haitian authorities:

1.  Meet the tight electoral timetable by:

a) ensuring that the CEP and the National Identification Office (Office national d’identification, ONI) have the resources to issue eligible voters their National Identification Cards (Carte d’identifi­ca­tion nationale, CIN); to post the voters list on time at each communal electoral office as required by law; to provide the lists to political parties for revision; and to make certain voters know where they vote;

b) accelerating the production and distribution of National Identification Cards, so all eligible voters have the required ID on election day; and

c) cooperating fully with the Organisation of American States (OAS)/Caribbean Community (CARICOM) joint election observation mission as well as domestic observers.

2.  Provide adequate training to poll workers and ensure supervisory measures are in place to enforce strict adherence to procedures during the vote and the post-electoral period to reduce irregularities and limit opportunity for fraud.

3.  Make electoral activities fully transparent and more efficient, including by naming a distinguished ninth CEP member, guaranteeing increased party, candidate and national and international observer access to CEP operations and by encouraging the CEP to take full advantage of international expert technical assistance from now through the post-voting period.

4.  Launch the voter and civic education campaigns immediately to instruct citizens on their political rights, assist them in making informed choices at the polls and reduce opportunity for manipulation by political spoilers.

5.  Enforce constitutional restrictions on the use of government resources in the electoral campaign and sanction all violators.

6.  Halt the carrying of private arms in public by individuals during the electoral period, investigate charges of weapons trafficking and take appropriate measures against those who violate the laws.

7.  Recognise the link between political stability and reconstruction and, with the support of the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), the UN and humanitarian partners, report regularly by radio and at information sessions in the IDP camps on progress in reducing crime in the camps and relocating families to more secure transitional housing; and declare a moratorium on forced removals from camps without alternative shelter.

8.  Urge all candidates to agree to participate, win or lose, in an effort to reach a national consensus in support of post-quake stabilisation and reconstruction, including, with respect to the political system:

a) completion of the constitutional amendment process in the shortest time possible to reduce the frequency and thus cost of elections and rationalise local government structures; and enact local governance legislation to enable the appointment of the Permanent Electoral Council;

b) commitment to designing and implementing an electoral institution plan, with technical support from the UN, the OAS and other international and civil society partners, so as to strengthen civil service and non-partisan appointments to an elections management body that can organise timely and credible elections, educate voters, implement party legislation and ensure accountability;

c) completion, in order to facilitate the continuous updates essential for a valid electoral registry, of the civil registry modernisation begun by the OAS, to include creation of a single office for all institutions involved in citizen identity and registration; and

d) passage of legislation reforming political party structures, financing and functioning, so as to increase internal democracy and financial transparency under the control of the elections management body.

9.  Ensure that the new Haitian government is prepared to carry out a smooth transition and assume new responsibilities when the mandate of the IHRC expires.

To the political parties:

10.  Build public confidence in the current electoral process by:

a) inviting all parties and candidates to commit to non-violence and non-interference in opposition campaigning;

b) refraining from verbal or other provocation that could increase political tensions, cause intimidation or stir social unrest; and

c) pursuing challenges to election results only through legal means.

To the Haitian National Police and MINUSTAH:

11.  Ensure a climate of security for peaceful elections by:

a) increasing presence and visible cooperation in the largest IDP camps; and

b) working nationwide to assure security for candidates and their followers throughout the electoral period and providing special hotlines for the population to alert authorities to violence or potential violence.

To donors and other international partners:

12.  Ensure funding is available for the full-strength deployment of the Joint OAS-CARICOM Electoral Observation Mission at the earliest possible date, provide sufficient resources and adequate training to civil society and community-based organisations to observe the elections and provide technical support where necessary to the CEP through the dispute resolution period.

13.  Give financial assistance to extend National Democratic Institute (NDI) political help for parties to include training a group of lawyers to assist them in resolving disputes on election day and during the vote tabulation period.

14.  Press the Haitian authorities and political actors to adhere to internationally acceptable election standards and support imposition of the sanctions set out in the 2008 electoral law on those resorting to fraud or violence to influence the results of the elections.

15.  Ensure the incoming government has the necessary financial and technical support to address urgent reconstruction tasks, including relocation of the IDPs to their homes or sturdier shelters in order to improve their living conditions and close the camps.

Port-au-Prince/Brussels, 27 October 2010

TO READ THE FULL REPORT, CLICK THE FOLLOWING LINK:

 http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/latin-america/haiti/35%20Haiti%20-%20The%20Stakes%20of%20the%20Post-Quake%20Elections.ashx

Publicités

DEBAT: L’échec de la tentative de récupération de Wyclef Jean par Leslie Péan

26 Sep

Débat

L’échec de la tentative de récupération de Wyclef Jean

ALTERPRESSE / samedi 25 septembre 2010

Par Leslie Péan*

Les thèses de Noam Chomsky et d’Edward Herman [1] sur la fabrication du consentement à partir des médias « en symbiose » avec le statu quo, viennent de trouver une parfaite illustration dans les menées réalisées par l’empire et ses valets pour neutraliser l’artiste Wyclef Jean. Il s’agit de ligoter ce dernier avec les ficelles invisibles de l’abêtissement généralisé d’un système qui condamne à vivre sans être. Désorienté par les déclarations du 14 septembre 2010 de Wyclef que son engagement pour Haïti s’inscrit dans la durée, la monumentale machine à broyer s’est mise en marche. Pressions commerciales et médiatiques se dressent dans le champ de la vie de l’artiste pour le frapper. Pour empêcher que la beauté et l’intelligence de sa conscience fleurissent. En lui souhaitant bon courage pour poursuivre le combat contre le système archaïque d’exclusion qui l’a éliminé de la course présidentielle, il s’agit de capter ce moment de sa révolte dans ce qu’il a d’éternel. Pour contribuer à permettre à tout un chacun de se libérer de ce qui l’entrave, le trompe, l’endort afin de se distancier des ombres de l’enfer. L’exemple de Wyclef est contagieux et comme le dit Chomsky, « le pouvoir ne souhaite pas que les gens comprennent qu’ils peuvent provoquer des changements. »

Les artifices des secteurs conservateurs et réactionnaires de la communauté nationale et internationale pour maintenir le peuple haïtien dans un état de zombification vont bon train. Le scénario consiste à tout faire pour maintenir en selle le gouvernement Préval à travers le successeur qu’il se sera choisi. La dictature imposée par Préval piétinant la Constitution et hurlant avec les loups pour ne pas organiser les élections quand elles devaient alors avoir lieu ou pour faire des élections frauduleuses ne suffit pas pour porter l’ONU et les gouvernements américains et européens à boycotter ce gouvernement. De même, les millions de dollars disparus sans laisser de traces ne sont pas suffisants pour porter les bailleurs de fonds à se désolidariser de ce gouvernement. Même le crime de Robert Marcello en janvier 2009, directeur de la Commission des Marchés Publics, ne suffit pas à altérer le caractère sacro-saint du soutien à Préval. Sa fille Daphnée Marcello exprime son étonnement en disant « je comprends mal que son enlèvement n’ait pas suscité une grande mobilisation des autorités … » Les silences sur toutes ces questions sont révélateurs du fonctionnement de la société haïtienne sous la houlette d’une communauté internationale qui tient à se tenir à l’écart de ces faits.

L’effet téflon contre le cortège de haines et de rancœurs

Il y a dans le vocabulaire politique du Québec une expression qui va comme un gant à Wyclef Jean depuis son entrée fracassante dans l’arène électorale haïtienne : l’effet téflon. Quand les accusations, fondées ou non, la médisance, la calomnie, le renseignement, la désinformation ne peuvent rien contre la cote d’amour d’un candidat à une fonction élective, les commentateurs et analystes québécois disent que ce dernier a l’effet téflon. Dans la course électorale qui se déroule actuellement en Haïti, aucune expression ne reflète mieux la manière dont Wyclef Jean a résisté aux attaques tous azimuts lancées contre lui depuis la non moins spectaculaire sortie de l’activiste américain Sean Payne jusqu’à sa disqualification par le Conseil électoral. Et brusquement les prophéties et mises en garde des cassandres se sont tues faisant place aux chants des sirènes. À preuve l’invitation faite à Wyclef de s’asseoir à la table des grands à New York le jeudi 23 septembre.

Le scénario de zombification gauchiste pour contrôler le pouvoir politique a été ébranlé par la candidature de Wyclef Jean qui a défrayé la chronique et fait sortir toutes les haines accumulées contre les exclus. Rejetant les pesanteurs des structures qui lui dictent sa place dans la société, Wyclef estime qu’il mérite une autre place et décide de présenter sa candidature à la présidence. Il n’a maille à partir avec personne et croit que son destin est entre ses mains seulement. C’était sans compter avec les préjugés de l’espace-temps haïtien qui pense qu’un tel projet est insoutenable. Aussi les apriori et les clichés se sont déversés sur lui avec leur cortège de haines et de rancœurs. Wyclef est devenu l’intrus et l’envahisseur. Mais tout comme les aliments ne collent pas au revêtement téflon des ustensiles de cuisine, les médisances des partisans du système archaïque haïtien ne collent pas sous l’effet téflon de Wyclef. Un système basé sur l’exclusion de ceux qui n’ont pas un langage châtié, ne s’habillent pas comme eux et qu’ils estiment dès lors être incapables de concevoir un noble dessein pour Haïti.

Détourner la jeunesse de la politique

La dictature obscurantiste duvaliériste a tout fait pour que les jeunes s’éloignent des études sérieuses et adoptent une forme ou une autre de je m’en-foutisme ou de fatalisme dans leur comportement quotidien. Pour cela, la politique du divertissement musical a été encouragée. Dans un tel contexte, mini-jazz et orchestres fleurirent comme des champignons après la pluie au point que même Jean-Claude Duvalier avait son petit orchestre. La musique pop était vue comme un opium pour endormir la jeunesse et la détourner de la politique. Les choses de la cité étaient donc délaissées aux mains d’ignares et d’assassins qui devenaient ainsi des modèles pour la jeunesse. Les tontons macoutes ont conduit les jeunes à délaisser le livre au profit de la guitare et de la bouteille. La culture de la fête, de l’alcool et du jeu (la borlette) est mobilisée pour tenter d’effacer la crise politique et économique dans l’imaginaire collectif.

C’est la continuation du modèle de Las Vegas promu aux temps de la grande crise de 1929 ou de l’alcool à gogo, comme le fit le colonialisme belge au Congo, tout en bloquant l’accès des Congolais à l’université et aux études supérieures. Mais, dialectique des choses, par un juste retour du balancier, c’est dans les milieux des bars que la conscience nationale prend naissance avec Patrice Lumumba, directeur des Brasseries du Bas-Congo, pour organiser et propulser le mouvement d’indépendance de ce pays africain qui deviendra indépendant en 1960. Les dictatures pensent détourner la jeunesse de ses préoccupations essentielles concernant son instruction et son avenir en la noyant dans des réjouissances festives. En Haïti, les successeurs de la dictature duvaliériste continueront à imposer à la jeunesse le mutisme en lui inculquant des fausses valeurs. Mais la candidature à la candidature des musiciens semble inaugurer une rupture qui dérange bien des mentalités.

La revanche d’une radicalité

La musique devient alors un espace de liberté. Avec une posture rebelle et moins respectueuse de la morale des puissants. La fête continue. Mais des trouble-fêtes interpellent sur des sujets sérieux. En ce sens, Wyclef Jean incarne le dynamisme et la réussite du self-made man pour une jeunesse qui a été sacrifiée, marginalisée et qui rejette la société. Wyclef symbolise cette revanche d’une radicalité primitive qui a pleuré massivement Ktafal, Dade et Déjavu des Barikad-Crew en juin 2008 [2]. Avec une musique qui swingue et qui accroche dès la première écoute. Avec une guitare incisive, Wyclef et Micky mettent en valeur un potentiel. À la recherche d’un enchantement, ils débordent d’énergie et revendiquent l’ambiance inclassable d’un plumage pour un autre ramage. Entre hip-hop et compas, leur esprit créatif bouillonnant se déverse en abondance. Qu’on écoute le dernier titre pimenté, dé-rap-ant, de Wyclef intitulé « Préval Fout Mwen Kanè, Map Konteste, Se Pèp La Yo Bay Kanè . » Des paroles qui collent bien à la tragédie que vit actuellement le pays.

En gardant sa cote de vedette, Wyclef donne à rêver à cette frange importante de la population, la jeunesse victime de la politique tonton-macoute de dévalorisation de l’éducation revue et augmentée par Préval. Une jeunesse qui pose des questions à une société et auxquelles cette dernière n’a d’autres réponses que la médiocrité. Les jeunes ne croient plus à aucune recette. Du moins pas celles qu’une politique de la démence duvaliériste puis populiste lui offre dans un milieu où tout est faux et obsolète. Wyclef n’a pas réagi comme il aurait pu le faire à la décision arbitraire du CEP de rejeter sa candidature à la candidature. Mais le président Préval n’a pas malgré tout le cœur tranquille.

Wyclef encaisse et dénonce Préval comme un « Lucifer ». Du même coup, dans son message en créole du 14 septembre, il annonce qu’il reste sur la brèche pour que les choses changent. Le risque de pérennisation de l’action de Wyclef dérange les garants du système politique archaïque. Wyclef est invité par la fondation Clinton à Manhattan le jeudi 23 septembre 2010. S’il décline pour ne pas se retrouver côtoyant Lucifer, il renforce les préjugés contre lui. S’il accepte l’invitation, l’agencement est fait pour le travail de manipulation de l’opinion par leurs agents patentés. Dans les deux cas, le tour est joué et les journalistes de la désinformation ont la partie belle pour semer la confusion dans les esprits en évoquant le rapprochement de Wyclef avec Lucifer. La tâche assignée à une certaine presse est de banaliser Wyclef et de donner une mauvaise image de lui.

Contre les techniques fascistes de manipulation de masse

Mais les manœuvres des agents du président Préval et de certaines personnalités internationales dans la presse pour contrôler la réalité haïtienne en présentant Wyclef comme un allié de Préval ont piteusement échoué. En effet, Wyclef a répondu du tac au tac à cette manipulation en disant le jeudi 23 septembre 2010 sur Radio Kiskeya qu’il n’a pas abandonné la politique et qu’il est "à la fois un artiste et un leader politique » [3]. L’offensive menée pour discipliner Wyclef fait partie des basses manœuvres des milieux conservateurs internationaux pour corrompre l’opinion publique avec les techniques élaborées par Edward Bernay [4] et Harold Laswell [5]. Les élections programmées pour le 28 novembre, si elles ont lieu, ne vont pas se jouer sur du velours. Le président Préval ne contrôle rien dans son propre camp. Les rivalités s’affichent au grand jour là où il n’y avait que des réticences. D’un autre côté, pendant combien de temps les réactions haïssables produites par les mesures unilatérales du gouvernement Préval pourront-elles être contenues ? On aurait tort de croire que l’absence de récriminations ouvertes contre les troupes de la MINUSTAH signifie que ces dernières ne sont pas détestées par les Haïtiens.

La division du travail entre la réaction nationale et les milieux conservateurs internationaux est un mode d’organisation de la gouvernance mondiale visant à assurer la stabilité d’un statu quo contre le peuple haïtien. Les tâches sont partagées entre ces deux groupes nationaux et internationaux au détriment de la justice. Les forces armées internationales peuvent se permettre de faire n’importe quoi et revendiquer ensuite l’immunité du personnel diplomatique. Le peuple haïtien se doit d’être vigilant. Il doit s’organiser afin de venir à bout à la fois de la force des troupes de la MINUSTAH et de celle du contrôle de l’opinion que des médias aux ordres veulent imposer. L’effet téflon de Wyclef Jean est sans aucun doute la preuve que le peuple haïtien est en train d’acquérir l’autonomie de jugement sans lequel il ne pourra saisir les vrais enjeux du moment ni prendre en main sa destinée dans un avenir. Prévisible.

* Économiste, écrivain

[1] Noam Chomsky et Edward Herman, La fabrication du consentement : De la propagande médiatique en démocratie, Paris, Editions Agone, 2008.

[2] “Haïti : Un chanteur de « Barikad Crew » témoigne sur la catastrophe qui vient de frapper le groupe rap”, AlterPresse, mardi 17 juin 2008.

[3] Radio Kiskeya, site web, jeudi 23 septembre 2010.

[4] Edward Bernay, Crystallizing Public Opinion (1923), Kessinger Publishing, October 2004.

[5] Harold Laswell, Politics Who Gets What, When and How (1932), Peter Smith Publisher, January 1990.] pour « discipliner les esprits du peuple » en altérant la réalité à travers la dissémination de fausses informations et la « gestion gouvernementale de l’opinion. » Des techniques fascistes de manipulation de masse à travers la presse qui ont servi à inspirer Hitler et Goebbels, son chef de propagande.

Wyclef enlève le sommeil à la réaction nationale et internationale quand il « dément tout retrait de la vie politique et croit même pouvoir jouer un rôle dans les prochaines présidentielles »[[ Radio Kiskeya, site web, jeudi 23 septembre 2010